Shaper of the month : JF Skateboard

Shaper of the month : JF Skateboard

1- Introduce yourself and your company, what is JF skateboard?

Hello, I’m Joel Meuwly, I’m 32 years old carpenter by trade and craftsman of skateboards/longboards and various furniture but, especially founder of the brand JF-skateboards (J.Family-Skateboards) and shop JF-Skatebaords (Skate & Tattoo) which are the subject of this article đŸ˜‰ .

JF-skateoards is a brand born of a passion for the ride and wood that wants to represent the craft of skateboards / longboards Switzerland first and foremost, but also the promotion of various ride sports such as skate, freestyle scooter, longboards, Pow Surf, Snowscoot and I pass.


2- When did you start this project?

I think it all started in late 2015 with a buddy Frank who is passionate about drawing. We shared a common passion ” skateboarding ” and started thinking about different projects. That’s how the shop JF-Skateboards (Skate & Tattoo) was born in mid-2017 and then at the end of 2020 the brand ” JF-Skateboards ” that I launched with my brother JĂ©rĂ©mie.


3- Why did you create JF skateboard?

About a year later (early 2017) with my buddy Frank who started to move nicely into the world of tattooing we  

We said, but why not try to open a small store that mixes skateboarding and tattooing to end up with a handmade and unique product 100% handmade.
Motivated by the idea, we were able to quickly find a commercial space and start our activity.


4- How did this idea of creating your own decks come about?

That’s when I started looking for boards on the internet and suddenly I came across a site that sold veneer, for me, with my training as a carpenter, it was a no-brainer, I was going to be able to put my ideas into practice.

At that time, I was already making solid wood longboards on my own.

At first it was hot, I was working in a large carpentry company and in the evening we were going to open the shop I had more than Sunday to make the boards.

Very quickly, I understood that I had to make a choice and there was no need to force me. My passion is first and foremost the world of riding.

I went for it.

I threw myself wholeheartedly into my goals, we couldn’t do things by halves if we wanted to see our projects succeed.

I quickly placed orders on this site, I started making my own boards for friends and myself.  

It started to be known and I had my first orders in my circle of friends.

JF-skateboards was primed.


5- How did you hear about Roarockit?

My biggest problem when I started was that I couldn’t find a high quality maple supplier, but finally after some research, I came across the Roarockit website. What a relief, quality, reactivity and always good exchanges when I need information.

Entrepot Roarockit
Roarockit Skateboard Europe

6- Where can we find you ? Where do you sell your products?

Currently, you can find all our products in our store JF-skateboards (skate and Tattoo) at Rue du Marché 16, 1820 Montreux Switzerland.

As well as on our e-shop JF-skateboard in which we deliver on order in all Europe.
 For more information, we also have an Instagram JF_skateboards.

7- What are your future projects?

My brother Jeremie joined the adventure in mid-2020 we are developing a sport store side, a visibility on the web and we have just registered the brand JF-Skateboards, the future projects for us would be to evolve this brand that will always remain handcrafted products regarding the wood and at the same time attack the whole universe of the ride. We are currently on a project of Pow surf we already offer the possibility of pyrography and customize all our decks and in a short time you may see a world premiere, we do not say more for the moment, but 2021 reserves beautiful surprises.

Shaper of the month : Boarder line skateboard

Shaper of the month : Boarder line skateboard

1- Can you introduce yourself? What do you do for a living?

My name is Enji Wadel and I am 44 years old. I am currently in ” reconversion ” as they say. Circassian acrobat since I was a kid, I rolled my hump a little bit everywhere with our circus ” La Compagnie Le Filet d’Air ” created with Isa my wife in 1999.

Funambulist, tent erector, Gypsy jazz musician, mechanic sometimes, this job allowed me to touch a little bit of everything and especially to develop the sense of ” bidouille ” when there is a problem

The show must go on !

skate Boarder-line

2- When did you start making skateboards?

Mino I was a real daredevil, everything went bmx, rollerblading, skateboarding

As long as there was big slope, I was up for it !

Then time passed and it was through the wire that I channeled that need for adrenaline.

Living in the Alps and tired of the increasingly short snow seasons, we started longboarding with my son Nino.

One thing leading to another, we started to tinker with boards, to recover some, to cut CP to test different Shapes 
.
It was gone, we were taken by the passion of skate !

3- How did you learn to make a skateboard?

It was meeting two years ago with Christophe Stagnetto of Made in Alpes Skateboard that was a revelation for me.

I hosted him as a stage manager on the festival Festi’Street organized by our Triùves teens and Christophe was demoing Shape with Made in Alpes.

We spent the day chatting about skateboarding, he showed me the TAP, took the time to explain everything.

Three weeks later, I had my first kit Bambora series from Roarockit.

I’ve never taken an internship or anything, I’m observant and mostly a stubborn !

I search a lot, I make mistakes, beautiful discoveries and little by little I find myself making more and more boards of better quality
. It’s progressing continuously, just don’t let go !

4- What do you make them with?

This happens in three steps:

1 – Designing a prototype with the TAP technique and polystyrene mold.

2 – Once the concave and camber are found, make a wooden mold.

3 – Production, using a mechanical flange press, of a micro series of up to 10 boards.

I am currently working on a hydraulic concrete mold press that will see the light of day in early 2021 and should speed up the manufacturing process.
It currently takes about 1 month from design to completion of a new model.

I also make knives that I mount with recycled skateboard pads or better with my wood scraps.
I especially make a derivative model of grafting that I called ” The Gripper ” a tool that makes it easy to put the grip on and also works great for pizz’s during sessions !

5- How does Roarockit help you with his boards?

The TAP is an indispensable tool for making protos easily.

From its simplicity of use, one can quickly modify molds, search for the right shapes, size ect


I also use the TAP a lot to press different objects I make with wood scraps (insert for knife mounts, guitar picks, wooden games ect
)

There are also tools that make life easier, the little scraper that’s good for finishing off round-offs, the rockitruler, drawing rules


6- What materials do you use?

I use Roarockit’s Canadian maple for all my work, which is super quality. It’s a real pleasure to work on super clean materials.
I love the color folds and the different shade changes the wood takes on depending on the stages of work ( rough, sanding, varnishing
)

7- What are your future plans?

To get back to roaming by being present on skate-parks, contests, sports events etc
 With a Caravane-scene that we used to use for our shows that I’m going to refurbish this winter to make it a Mobile Skateshop.

The idea would be to distribute only boards from Independent Shapers and to have a workshop ” dĂ©panne ” where the riders could rework the breakage of the day with material recovered here and there.
I’m not sure how to do that.

By the way, if anyone is into this, feel free to contact me, the more the merrier


8- Where can we find you and buy your boards?

You can find my boards and other skateshop merchandise at ” target=”_blank” rel=”noreferrer noopener”> Grenoble and AtmosphĂšre Gap.

You can of course stop by the workshop if you are in the area.

560 routes des oubérous 26620 Lus La Croix Haute

Then there are social networks @boarder.line.skateboard for Instagram and Boarder Line Skateboard on Facebook.

A website is under construction.

9- You have free card for your last question. (thanks, sayings 
.?)

Thanks to BĂ©ber for the old Kity, to Bernard for his sanding roller and  his advice in woodworking, to the LET workshop and Laurenz for the knives assembly, to phil for the log, to polo for the future site to my neighbors for some illustrations and especially to the Riders who trust me.

A big big up to the family, buddies, and people in my village who support me.

It’s amazing to see that when you scratch a little, poke around, take an interest in others, a lot of doors open.
You just have to be patient


Shaper of the month : Atelier BYE BYE

Shaper of the month : Atelier BYE BYE

1- Peux-tu te présenter ? Que fais-tu dans la vie ?

Ma passion tient en un mot “Fabriquer des trucs”

Fabriquer des skateboards, et t’apprendre Ă  construire le tien.

Créer des enseignes en bois et en métal. Faire des Tshirts sérigraphiés pour une asso.

DĂ©monter des trucs et des bidules pour les transformer. Imprimer et dĂ©couper des stickers pour ton groupe de rock, j’aime faire absolument de tout!

J’ai commencĂ© la construction comme dĂ©coratrice et accessoiriste pour le cinĂ©ma, et je me suis formĂ©e en parallĂšle sur des machines de fabrication numĂ©rique.  (dĂ©coupe laser, impression 3D, CNC…)

Entrepreneuse et « makeuse » en montage de projets hybrides, culturels ou en lien avec l’économie sociale et solidaire. Mon parcours est axĂ© sur la recherche de l’innovation et l’envie d’apprendre Ă  faire sans craindre l’erreur ou la complexitĂ©.


2- Quand as-tu commencé et pourquoi ?

CrĂ©Ă© en 2016, l’atelier Bye Bye est un atelier de fabrication numĂ©rique et artisanal.

Ses activités principales : fabrication de skateboards, découpe et gravure laser pour la signalétique et sérigraphie.

Le projet a dĂ©butĂ© Ă  l’Ile d’Yeu, puis est devenu mobile en organisant des stages de fabrication de skateboards Ă  Nantes et Ă  Paris.

J’ai commencĂ© Ă  fabriquer des skateboards sur mesure Ă  la demande de certains de mes clients, et finalement, je me suis aperçue que beaucoup souhaitaient pouvoir fabriquer leur propre planche.

3- Explique-nous ton concept en quelques mots ?

L’atelier Bye Bye organise des stages de fabrication numĂ©rique : dĂ©coupe laser, impression 3D, dĂ©coupe vinyle, Ă©lectronique et des ateliers d’initiations aux techniques artisanales : menuiserie, sĂ©rigraphie, mĂ©tal…

En parallĂšle, je vends quelques modĂšles sur ma boutique en ligne et dans mon atelier Ă  Nantes. J’aborde la fabrication de skateboards en misant sur la qualitĂ© et la longĂ©vitĂ©. L’accent est mis sur le choix des matĂ©riaux et sur la durabilitĂ©.

En chĂȘne, en noyer, en bambou, en Ă©rable, elles ont chacune un petit quelque chose qui les rend uniques.

Je suis en train de développer une série de cruiser garantis à vie, en prenant en compte que le bois est une matiÚre vivante.

Au lieu de le vernir, ce qui bloque la respiration de la matiĂšre, on peut aussi l’entretenir, comme on le ferait pour un beau meuble d’ébĂ©niste qui se patine avec le temps. Je teste le processus d’entretien en ce moment, avant de mettre cette sĂ©rie en vente courant 2021.

4- Comment as-tu appris tout ce que tu enseignes ?

Je suis autodidacte dans toutes les techniques qui font aujourd’hui mon mĂ©tier, j’ai plaisir Ă  partager mes connaissances et permettre Ă  chacun de fabriquer par soi-mĂȘme Ă  peu prĂšs tout et n’importe quoi.

Mon prĂ©cĂ©dent mĂ©tier dans le dĂ©cor et la construction pour le cinĂ©ma m’a beaucoup appris dans toutes les techniques que j’utilise aujourd’hui.

Je fais aussi beaucoup d’échange de connaissances avec des amis ou des pros, souvent je leur apprends une autre technique en Ă©change. On fait du troc de connaissances, quoi !

5- Quelle est ta meilleure réalisation ?

Aucune idĂ©e, je ne l’ai pas encore rĂ©alisĂ©e !

Si on parle skateboard, je pense que c’est l’association « skate with refugees » que je suis en train de crĂ©er avec des copains skateurs.

On part du principe que le skateboard est un vecteur d’intĂ©gration et permet de s’affranchir de la barriĂšre culturelle. L’idĂ©e est de leur changer les idĂ©es en leur apprenant une technique pour la plupart inconnue et de leur permettre de rencontrer d’autres enfants qui partagent cette passion. CrĂ©er du lien entre eux, une amitiĂ© forte entre les jeunes sur la base d’un sport porteur de sens et de fraternitĂ©.

6- Comment Roarockit t’aide Ă  la rĂ©alisation de tes projets ?

La technique Roarockit m’a permis de devenir mobile et de proposer des stages en dehors de mon atelier. La facilitĂ© de construction et la lĂ©gĂšretĂ© du matĂ©riel permettent de se dĂ©placer facilement d’un lieu Ă  l’autre pour proposer des ateliers de construction.

7- Quels sont tes projets futurs ?

En 2020, l’atelier dĂ©mĂ©nage dans un lieu aussi improbable qu’atypique : une pĂ©niche en plein centre-ville de Nantes.

L’atelier sera partagĂ© avec diffĂ©rents acteurs Ɠuvrant autour des low-techs et de la fabrication avec la volontĂ© de faire de la pĂ©niche un lieu de recherche et d’expĂ©rimentation.

LIEU COLLABORATIF

Espace de coworking et atelier partagĂ© de fabrication numĂ©rique et artisanale axĂ© sur les low-techs et la fabrication locale. Dans le jargon, on appelle ça “makerspace”

LIEU APPRENANT

L’atelier Bye Bye organise des stages de fabrication : skateboard, dĂ©coupe laser, impression 3D, dĂ©coupe vinyle, Ă©lectronique et initiation aux techniques artisanales : menuiserie, sĂ©rigraphie, mĂ©tal.

LIEU CULTUREL

L’atelier ouvre ses portes aux artisans locaux pour des expositions et des workshops, aux artistes pour des spectacles et des concerts Ă  bord de la pĂ©niche le SĂ©maphore.

L’objectif ? RĂ©flĂ©chir et expĂ©rimenter sur notre façon de consommer, travailler, fabriquer, nous dĂ©placer, nous cultiver dans le monde de demain.

8- Comment fait-on si on veut réserver un atelier ?

Vous pouvez directement cliquer sur les liens des photos pour y accéder.

Les ateliers peuvent ĂȘtre rĂ©servĂ©s sur mon site : www.atelierbyebye.fr et sur la plateforme We Can Doo : www.wecandoo.fr

9- OĂč pouvons-nous te retrouver ?

Site web : www.atelierbyebye.fr

Facebook : www.facebook.com/atelier.byebye

Instagram : www.instagram.com/atelier.byebye/

En vrai : sur la péniche Le Sémaphore, Quai de Malakoff à Nantes

10- Dernier mot de fin ?

J’ai souvent en stage des personnes qui dĂ©butent dans la fabrication et ont peur de faire des erreurs, j’aime bien leur rĂ©pĂ©ter cette phrase :

“Souviens-toi que l’arche de NoĂ© a Ă©tĂ© construite par un amateur et le Titanic par des professionnels.”

The European Custom Board show / Skateistan/ Roarockit

The European Custom Board show / Skateistan/ Roarockit

The European Custom Board Collective Show event :

The European Custom Show event is a unique concept. Originally founded by the Chalk Custom Board Project collective and now with Roarockit Skateboard Europe as a partner of the event, this collective exhibition aims to bring together and showcase Europe’s most talented custom board artists

The first edition of the European Custom Board Show was born in Brussels in 2017 in partnership with the gallery The Art Project.

More than 20 European artists have been carefully selected to participate. Each of them exhibited up to 3 skates, cruisers or longboards, customized by hand. All unique pieces.

For this exhibit the Roarockit team made a hand-curved longboard board, which was then customized by member artist and Chalk creator, Mata7ik.

This board can be seen here or above.


Here are some photos of the event

 
The second edition of the European Custom Show took place in Darwin from June 5 to 26, 2019. In one of the cult places of urban culture in Bordeaux, experimental and artistic in the ultra-wide sense of the term.

More than 70 artists were present and no less than 240 custom boards were exhibited.

You can find the video presentation right here.

The 3rd edition was born in Brussels in an iconic building: the Halles Saint Gery. This year from July 2 to September 7, 2020, the exhibition welcomed no less than 50 artists from all over Europe and from a wide variety of backgrounds: tattooing, architecture, painting, graffiti, sculpture, graphics …

Over 150 custom boards were presented for the occasion.

For this occasion and because it is more important to us than ever, we made a piece, all of the profits from which will be donated to the NGO Skateistan (more details below).

In view of the circumstances and due to the security measures due to COVID-19 and their constant evolution, the exhibition is also available online on the European Custom Board Show website, making the virtual exhibition accessible to everyone.


It was a real pleasure to be a partner of this event once again. A success and an unforgettable moment of meeting and sharing!

Skate’N Chair :

The Skate N’ Chair is a project made by Roarockit Skateboard Europe in order to raise funds for NGO Skateistan.

This handmade chair takes its name from its design : 10 curved and assembled skateboards decks whose flexibility provides a natural rocking sensation, similar to that we can find when sitting in a traditional rocking chair.

In detail, this chair is composed of 4 street decks, 3 pintail longboards and 3 mini-cruisers for a total of 70 sheets of Canadian maple wood. Each top sheet of these boards has been selected for their wavy and birds eye effects. The rarity and aesthetics of these maple sheets add a unique side to this chair.

It took a little over a month to complete this project. The pressing of the boards required a particular technique to obtain these curves. An ultra-resistant glossy varnish has been chosen to highlight each board providing a velvety impression. Wheel-truck set-ups have been installed on all three legs to accentuate the rocking sensation and also makes this chair easily mobile.

100% of funds raised by the sale of this piece will be donated to SKATEISTAN.

Design and production: Sarah Jackson & Nicolas Alix

Varnish: Alexandre Marin.

You can buy this chair directly on the button below, and on the Roarockit Skateboard Europe website.


Skateistan :

Skateistan is a non-governmental organization, which empowers children through skateboarding and education in Afghanistan, Cambodia and South Africa.

By combining skateboarding with a creative and artistic education, they give children the opportunity to become leaders for a better world. They focus on groups that are often excluded from sports and educational activities, especially girls, children with disabilities and those from low-income backgrounds.

They provide safe spaces where children can have fun, build skills and confidence, and break down social barriers by making new friends.


In the words of its founders, it is about: “creating a better future for these young people and their communities, through innovative programs that aim to develop the experiences and skills of each of them”.


If like us you want to support this NGO, you can directly donate by clicking on the button below or buy the chair that we have made.

We would like to thank Chalk Custom Board Project and all the artists for creating and making the European Custom Board Show what it is today! A amazing experience, a moment of sharing and new encounters, art, talent and much much more.

May the stoke continue! 🙂

Shaper of the month : L’Artisan du Skateboard.

Shaper of the month : L’Artisan du Skateboard.

Ce mois-ci on vous prĂ©sente Franck, un skateur qui a crĂ©Ă© sa marque de planche de skate L’Artisan du skateboard.

Je vous laisse le dĂ©couvrir avec nous 😉

Salut Franck,

1- Peux-tu te présenter ainsi que ton entreprise?

artisan du skate

Je m’appelle Franck , j’ai 42 ans et je vis Ă  Metz en France . 

Je skate toujours depuis 1987.

Mon entreprise est l’artisan du skateboard.

Je fabrique des skateboards et des longboards de façon artisanale dans le respect du travail manuel.

Je crois au dĂ©veloppement d’un marchĂ© du skateboard français et je soutiens les skateurs locaux .

2- Quand as-tu commencé la création de ta marque ?

J’ai commencĂ© Ă  presser mes premiĂšres boards en Mars 2020 pendant le confinement, je suis toujours en phase de crĂ©ation car les choses Ă©voluent vite.

3- Que représente ton logo ?

Mon logo est composĂ© d’un crĂąne d’une croix, car ce sont des classiques dans le skateboard.

La Croix est montĂ©e d’un truck ce qui reprĂ©sente La croix de Lorraine.

4- Comment as-tu appris Ă  fabriquer des skates ?

Les premiers Ă©taient en DIY avec des presses en bĂ©ton …

Ce n’était pas satisfaisant ! 

J’ai suivi une formation avec Roarockit sur plusieurs jours qui m’a permis de synthĂ©tiser ce que j’avais appris .

5- Quels matériaux utilises-tu lors de la fabrication de tes skates ?

J’utilise des plis d’érable canadien pour les skateboards et parfois du bambou pour les longboards.

6- Comment Roarockit t’aide lors de ces rĂ©alisations ?

Le bois proposĂ© est toujours de qualitĂ©, les packs de 10 decks sont trĂšs avantageux . J’apprĂ©cie les conseils techniques de Sarah et Nico quand j’ai une question.

7- Quels procédés utilises-tu ? (presses,
.)

J’utilise principalement les presses “thin air press” de Roarockit et une presse custom que j’ai fabriquĂ©.

8- Comment choisis-tu le design de tes decks ?

Ma prioritĂ© est de proposer des planches avec un bon pop et une bonne robustesse. 

Pour le design en soi, je privilĂ©gie le black work car je sĂ©rigraphie en monochrome pour l’instant.

9- Quels sont tes projets futurs ?

Je vais travailler sur la sĂ©rigraphie et peut ĂȘtre m’équiper d’une presse Ă  transfert.

Continuer Ă  produire toujours mieux !

10- OĂč pouvons-nous te retrouver ? ( lieu, site internet, rĂ©seaux 
)

Vous pouvez retrouver tous ses réseaux sociaux ci-dessous.


11- DerniÚre petite question as-tu une anecdote ou un idée à nous partager?

Peu importe si tu as du niveau ou pas, l’important c’est de skater ! 

Merci de soutenir des artisans locaux !

The European Custom Board show / Skateistan/ Roarockit

European custom board show / Skateistan/ Roarockit

L’EvĂ©nement European Custom Board Collective Show :

L’évĂ©nement European Custom Show est un concept unique en son genre. FondĂ© initialement par le collectif Chalk Custom Board Project et dĂ©sormais avec Roarockit Skateboard Europe comme partenaire de l’event, cette exposition collective a pour objectif de rassembler et de mettre en lumiĂšre les artistes « custom board » les plus talentueux en Europe.

La premiÚre édition du European Custom Board Show est né à Bruxelles en 2017 en partenariat avec la galerie The Art Project.

Plus de 20 artistes europĂ©ens ont Ă©tĂ© soigneusement sĂ©lectionnĂ©s pour y participer. Chacun d’entre eux ont exposĂ© jusqu’Ă  3 skates, cruisers ou longboards, customisĂ©s Ă  la main. Toutes des piĂšces uniques.

Pour cette exposition l’Ă©quipe Roarockit a fabriquĂ© une planche de longboard courbĂ©e Ă  la main. Qui a ensuite Ă©tĂ© customisĂ© par artiste membre et crĂ©ateur de Chalk, Mata7ik.

Cette planche est visible ici ou ci-dessus.

Voici quelques photos de l’Ă©vĂ©nement

 La seconde Ă©dition du European Custom Show s’est dĂ©roulĂ©e Ă  Darwin du 5 au 26 Juin 2019.  Dans un des lieux culte de la culture urbaine Ă  Bordeaux, expĂ©rimentale et artistique au sens ultra-large du terme.

Plus de 70 artistes ont été présent et pas moins de 240 custom boards ont été exposés.

Vous pouvez retrouver la vidéo présentation juste ici.

La 3Ăšme Ă©dition a vu le jour Ă  Bruxelles dans un bĂątiment iconique : les Halles Saint Gery. Cette annĂ©e du 2 Juillet au 7 Septembre 2020, l’exposition a accueilli pas moins de 50 artistes provenant de partout en Europe et d’univers trĂšs variĂ©s : tatouage, architecture, peinture, graffiti, sculpture, graphisme


Plus de 150 custom boards on Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©es pour l’occasion.

Pour cette occasion et parce que cela nous tient Ă  coeur plus que jamais, nous avons fabriquĂ© une piĂšce, dont tous les bĂ©nĂ©fices seront versĂ©s Ă  l’ONG Skateistan (plus de dĂ©tails ci-dessous).

Au vu des circonstances et en raison des mesures de sĂ©curitĂ© dĂ» au COVID-19 et de leur constante Ă©volution, l’exposition est Ă©galement disponible en ligne sur le site du European Custom Board Show, rendant accessible Ă  tout le monde l’exposition en virtuel.

Ce fĂ»t un rĂ©el plaisir d’ĂȘtre partenaire encore une fois de cette Ă©vĂšnement.
Un succĂšs et un moment de rencontre et de partage inoubliable !

Skate’N Chair :

La « skating chair Â» est un projet entrepris par l’équipe de Roarockit Skateboard Europe dans le but de rĂ©colter des fonds pour l’ONG Skateistan.

Cette chaise fabriquĂ©e main tire son nom de part sa conception : 10 planches de skateboards courbĂ©s et assemblĂ©es dont la flexibilitĂ© procure un effet de balance naturel lors de l’assise comme on le retrouve sur les fameuses rocking chair.

En dĂ©tail, cette chaise est composĂ©e de 4 street decks, 3 longboards pintail et 3 mini-cruisers pour un total de 70 feuilles de bois d’érable canadien. Chaque feuille composant les faces de ces planches ont Ă©tĂ© sĂ©lectionnĂ©es pour leurs effets ondĂ©s, mouchetĂ©s ou de loupes. La raretĂ© et l’esthĂ©tique de ces feuilles rajoutent un cĂŽtĂ© unique Ă  cette chaise.

Il a fallu un peu plus d’un mois pour arriver Ă  terme de ce projet. Le pressage des planches a requis une technique particuliĂšre pour obtenir ces courbes. Un vernis brillant ultra rĂ©sistant a Ă©tĂ© choisi pour faire ressortir les effets de chaque planche procurant un relief style velours. Des set-ups de roues-trucks ont Ă©tĂ© installĂ©s aux trois pieds pour accentuer l’effet de balance et rendant Ă©galement cette chaise facilement mobile.

100% du montant de la vente sera reversé à SKATEISTAN.

Conception et rĂ©alisation : Sarah Jackson & Nicolas Alix

Vernis : Alexandre Marin.                              

Vous pouvez acheter cette chaise directement sur les bouton ci-dessous, ou sur le site de Roarockit ou sur European Custom.

Skateistan :

Skateistan est une organisation non gouvernementale, qui responsabilise les enfants grĂące au skate et Ă  l’Ă©ducation en Afghanistan, au Cambodge et en Afrique du Sud.

En combinant le skateboard avec une éducation créative et artistique, ils donnent aux enfants la possibilité de devenir des leaders pour un monde meilleur. Ils se concentrent sur les groupes qui sont souvent exclus des activités sportives et éducatives, en particulier les filles, les enfants handicapés et ceux issus de milieux à faible revenu.

Ils fournissent des espaces sĂ»rs oĂč les enfants peuvent s’amuser, dĂ©velopper leurs compĂ©tences et leur confiance et faire tomber les barriĂšres sociales en se faisant de nouveaux amis.

Selon les mots de ses fondateurs, il s’agit de : « crĂ©er un meilleur futur pour ces jeunes et leurs communautĂ©s, grĂące Ă  des programmes innovants qui visent Ă  dĂ©velopper les expĂ©riences et compĂ©tences de chacun d’entre eux ».

Si comme nous, vous voulez soutenir cette ONG vous pouvez directement faire en don en cliquant sur le bouton ci-dessous ou acheter la chaise.

Nous voulons remercions Chalk Custom Board Project et tous les artistes d’avoir crĂ©Ă© et participĂ© Ă  la rĂ©ussite du European Custom Board Show. Un moment unique de partage, rencontres, art, talent et bien plus encore.

May the stock continue! 🙂

Shaper of the month :  Rabbit Custom

Shaper of the month : Rabbit Custom

Ce mois-ci on vous prĂ©sente Nicolas, un artisan crĂ©ateur que nous avons rencontrĂ© Ă  Roarockit lors d’un stage de fabrication de skate. C’est avec grand plaisir que nous partageons avec vous aujourd’hui l’Ă©volution et la rĂ©ussite de son projet.

Salut Nicolas,

1- Peux-tu nous faire une petite présentation de toi.

D’oĂč tu viens, quel Ăąge tu as et que fais-tu dans la vie.. ?


Je me prĂ©sente donc : 

Nicolas PIERRET, j’ai 42 ans et je suis Artisan crĂ©ateur Landais en dĂ©co et ameublement. Dans une dĂ©marche Ă©co-responsable et durable par le recyclage des skateboards et bois palette.


2- Qu’est-ce qui t’a poussĂ© Ă  faire ce mĂ©tier ?

Avant tout skateur passionné et pratiquant de plusieurs sports de glisse (Snow, Surf, Wakeboard).

J’ai eu full de vie avant d’en arriver oĂč j’en suis aujourd’hui.

Mais rien Ă  voir avec le travail de l’artisanat du bois. 

Plombier, chauffagiste de métier avec un BTS commerce.

J’ai progressĂ© dans diverses entreprises dans le milieu du bĂątiment et marketing digital comme commercial. 

Un apprentissage bien utile aujourd’hui dans le maniement des outils et mon cĂŽtĂ© commerçant Ă  l’Ă©coute de mes clients.

J’ai toujours bricolĂ© mes vieux skates depuis gamin. Et quand un pote passait Ă  la maison et qu’il trouvait ça cool. Bien souvent, il repartait avec.

Et un jour, tu te rĂ©veilles, t’as 40 ans et tu te demandes ce que tu as “VRAIMENT” envie de faire pour au moins les 30 prochaines annĂ©es, en accord avec tes valeurs humaines pour aider les gens et tes principes Ă©cologiques pour faire bouger encore plus les choses sur la prĂ©servation de notre belle planĂšte.


En clair :

“T’en as pas marre d’avoir la mĂȘme dĂ©co que ton voisin ou meuble qui a fait 4 fois le tour de la planĂšte avant d’arriver dans ton salon? ” Ahaha..!

Le RABBIT CUSTOM DESIGN c’est ça:


Une dĂ©co unique ou meuble personnalisĂ©/personnalisable par le recyclage des vieilles planches de skate et bois palette. Tout en favorisant le circuit court. ƒuvrant pour le bien-ĂȘtre chez soi et la protection du littoral. Mais Ă©galement pour les espĂšces marines par la sensibilisation du public sur les principes Ă©cologiques.


3- Quand as-tu débuté ce projet?

De l’idĂ©e papier Ă  l’ouverture, il s’est bien passĂ© 8 mois avec tout ce que cela inclus, formations, Ă©tudes de marchĂ© et crĂ©ation du logo.

J’ai dĂ©marrĂ© ma nouvelle vie bien remplie d’artisan officiellement en Juillet 2019.


4- Pourquoi utiliser le nom de rabbit custom?

En toute simplicitĂ©, c’est un petit surnom affectif que j’ai depuis petit que m’a donnĂ© ma mĂšre. Du coup, je trouvais le petit clin d’Ɠil sympathique et puis de toute façon, tout le monde m’appelle “Lapin” maintenant.! XD



5- OĂč pouvons-nous te trouver? (marchĂ©, expo, site, insta
..)

On peut retrouver une petite partie de mes crĂ©ations en magasin oĂč je dĂ©die plus d’ameublement que de la dĂ©co. Du type, desserte, banc, tabouret, des piĂšces uniques en luminaire, grand tableau dĂ©coratif rĂ©tro Ă©clairĂ©, au sein d’un collectif de crĂ©ateurs Ă  “Hors Saison CrĂ©ateurs d’ici” un concept store basĂ© sur le principe des boutiques Ă©phĂ©mĂšres jusqu’Ă  fin fĂ©vrier 2021.

Adresse:  165 rue des RĂ©mouleurs Ă  Soorts-Hossegor dans la Zone Artisanale PĂ©debert .



Vous pouvez aussi entrer en contact avec le Lapin pour un projet Custom personnalisĂ© que l’on soit particulier ou pour les entreprises.

Vous pouvez lui demander un devis gratuit.


Voici les liens direct vers ses réseaux sociaux et son site internet :


6- Quelles sont tes inspirations pour créer tous ces objets?

Mes inspirations sont gĂ©nĂ©ralement dĂ©clenchĂ©es quand je regarde la forme des skates, l’Ă©tat dans lesquels ils arrivent et l’histoire qu’ils peuvent raconter.

Mais Ă©galement les diffĂ©rentes couleurs des ply sous les grippes qui se rĂ©vĂšlent aprĂšs plusieurs ponçages pour faire ressortir le veinage du bois et les petites particularitĂ©s typiques du bois d’Ă©rable canadien.

Mais aussi au cours de discussions avec des amis ou clients qui me font part de ce qu’ils aimeraient bien voir chez eux ou en boutique de dĂ©co.

Qui Ă  leurs goĂ»ts (et au mien d’ailleurs aussi) est trop similaire d’une boutique Ă  une autre et que l’on peut retrouver donc chez n’importe qui ne justifiant pas forcĂ©ment le prix en rapport avec la qualitĂ©.

Et non des moindres au travers de film de Science Fiction et Manga. OĂč tout est permis et laisse s’exprimer l’imaginaire de chacun.


7) Comment roarockit t’aide pour le procĂ©dĂ© de tes crĂ©ations ? (presse, bois, colles, pompes
).

Qu’est-ce que tu utilises pour fabriquer un objet (matĂ©riaux et Ă©quipement par exemple
)

Avant mĂȘme de commencer mon activitĂ©, j’ai voulu apprendre ce qu’Ă©tait le skate, sa composition, son mode de fabrication, en fabriquant moi-mĂȘme ma propre planche. Pour pouvoir par la suite savoir comment j’allais travailler la matiĂšre et donner un rendu haut de gamme avec une vieille planche destinĂ© Ă  partir Ă  la dĂ©chetterie. 

Comme je travaille dans un atelier assez rĂ©duit. J’ai trouvĂ© trĂšs innovant, propre et simple la manipulation et le stockage du systĂšme de presse sous vide de Roarockit.



-En gĂ©nĂ©ral, je recycle des vieilles planches de skate pour rĂ©aliser mes crĂ©ations ou projets Custom. Je ne suis pas vouĂ© Ă  les fabriquer, d’autre le font bien mieux que moi. Mais il m’arrive assez souvent que l’on me demande des coloris, courbes spĂ©ciales, de la marqueterie pour un projet custom personnalisĂ© grands formats type table basse ou table Ă  manger.

OĂč il me faut crĂ©er l’assemblage complet, auquel je rajoute le bois palette pour augmenter les surfaces de matiĂšres souhaitĂ©es au projet.



Une fois encore la qualitĂ© des plaquages et le large choix des coloris que m’offre Roarockit me permettent de pouvoir rĂ©pondre en grande partie aux attentes et Ă  la satisfaction de mes clients.

8- Quels sont tes projets futurs? ( des idées de créations pour noël par exemple?)

Les projets sont multiples et sans fin Ahaha !

Dans l’immĂ©diat et au regard de ce que l’on vit en ce moment malheureusement, de pouvoir continuer ma passion, mon mĂ©tier, multiplier les endroits oĂč l’on pourra retrouver mes crĂ©ations en sĂ©rie courte, en favorisant une distribution physique et local (maximum Nouvelle Aquitaine), de pouvoir transmettre cette passion Ă  d’autres et former beaucoup de petit lapin Custom, rĂ©aliser des projets custom complĂštement fou, pouvoir de maniĂšre vraiment significative, aider les organismes Ă©cologiques locaux Ă  continuer d’Ɠuvrer pour le bien commun en prĂ©servant nos espaces et nos espĂšces.

Pour les créations à venir :


Des projets custom personnalisé, des tables à manger bois palettes/skate. Une petite série de cadre déco, veilleuse pour enfant en composition bois palette/ skate. Mais aussi des luminaires Ultra design grand format qui vont me pousser à sortir de ma zone de confort.

9- Un petit mot de fin ?

Ceux qui me connaissent savent au combien, j’aime les gens, alors un grand merci non pas Ă  moi, mais Ă  vous d’ĂȘtre comme vous ĂȘtes, d’ĂȘtre curieux, crĂ©atif et attentif Ă  ce qui vous entourent. 

Et tout particuliĂšrement un grand merci Ă  ma petite mĂšre sans qui je n’aurai pas d’atelier. Ahah.!


Shaper of the month : Antoine Huber

Shaper of the month : Antoine Huber

Salut Antoine, 


1- Peux-tu nous faire une petite prĂ©sentation de toi, d’oĂč tu viens, quel Ăąge tu as, oĂč tu habites.. ?

Je m’appelle Antoine , je suis un jeune skateur de 16 ans de Gex , une petite ville française prĂšs de GenĂšve . Je suis passionnĂ© de skate et de bricolage , l’association logique a Ă©tĂ© de fabriquer des planches de skate dans mon garage.



2- Tu as lancĂ© ta propre marque de planches fait main, quand as-tu commencĂ© ce projet et pourquoi ? 

J’ai lancĂ© ce projet fin aoĂ»t 2019 , aprĂšs la fabrication d’une premiĂšre board pendant l’étĂ© . J’ai tout de suite adorĂ© faire ça et je me suis dĂ©cidĂ© aprĂšs avoir tester ma 1ere board . J’ai donc crĂ©er un compte Instagram @rippersskateboards qui comptabilise aujourd’hui 459 abonnĂ©s . Vous pouvez bien sĂ»r vous y abonner , je poste une fois par semaine minimum ! 


3- Quelles sont les spĂ©cificitĂ©s de tes planches ?

Mes boards sont toutes faites de 7 plis d’érable canadien croisĂ©s pour leur garantir une soliditĂ© satisfaisante . Je fais toutes les tailles de street en dessous de 8,6 pouces .

Chaque planche est signĂ©e Ă  la main , sur le dessus , de la date de fabrication et du numĂ©ro de sĂ©rie . Certaines de mes planches sont de couleurs , d’autres sont nudes ou personnalisĂ©es par les acheteurs au Poska . Evidement , mes planches ne sont pas des pros models et sont imparfaites . Cependant , je trouve que chaque planche est mieux rĂ©ussie que celle qui l’a prĂ©cĂ©dĂ©e . 


4- Utilises-tu les technologies Roarockit ? Te sont-elles utiles au quotidien ?

J’utilise la Thin Air Press de Roarockit pour presser les plis . Cette presse est gĂ©niale , elle allie simplicitĂ© et efficacitĂ© . Je n’ai quasiment jamais eu de problĂšme , exceptĂ© une dĂ©chirure que j’ai pu facilement rĂ©parĂ© . Les matiĂšres premiĂšres , l’érable canadien et la colle sont eux aussi achetĂ©s sur le site de Roarockit .


6- Quelles types de finitions fais-tu sur les planches ?

Chaque planche RIPPERS est vernie avec du vernis Ă  bois d’extĂ©rieur par dessus plusieurs types de finition :

-Nude , pour les minimalistes ou les artistes 

-Marquée du logo RIPPERS

-De couleur

Le vernis protùge la board de l’eau et de la poussiùre , cependant comme toutes les boards , les slides laisseront des marques . Mais pour moi ces marques sont importantes , elles montrent que vous skatez vraiment .


7- As-tu une type de planche prĂ©fĂ©rĂ© et pourquoi ?

Je roule quasiment qu’avec des boards de street entre 8,25 et 8,5 car je trouve ces boards extrĂšment stables , solides et agrĂ©able Ă  skater . C’est aussi le meilleur type de planche pour le bowl .


8- Des futurs projets, types de planches en vues ?

Mon projet actuel est de dĂ©velopper RIPPPERS en posant une partie des boards dans les skateshops alentours en dĂ©pĂŽt-vente . Vous pouvez d’ailleurs m’y aider en vous abonnant Ă  mon compte Instagram citĂ© plus haut . 

Je vais bientÎt lancer des planches old-schools , et une nouvelle taille de cruiser . Restez connectés !


9- Des remerciements, dĂ©dicaces, dictons prĂ©fĂ©rĂ©s ?

GO HARD OR GO HOME

Instagram: Rippersskateboards et Roarockit Skateboard Europe

Shaper of the month: Alex Chireux

Shaper of the month: Alex Chireux

Bonjour, je m’appelle Alex et j’ai 41 ans. Je suis originaire de CompiĂšgne dans l’Oise et je vis Ă  Helsinki (Finlande) depuis presque 20 ans. AprĂšs une quinzaine d’annĂ©es passĂ©es dans l’enseignement j’ai souhaitĂ© me rĂ©orienter vers la menuiserie. Je pratique les sports de glisse d’hiver depuis presque 40 ans, ski, snow, ski de fond et un peu de tĂ©lĂ©mark…j’ai mĂȘme connu le monoski !

1) Bonjour Alex, tu as fabriquĂ© un snowboard, qu’est ce qui ta donnĂ© envie de le fabriquer toi-mĂȘme ?

Tout est parti d’une discussion avec un ami sur les boards de la marque Hammer, un super fabricant de snows des annĂ©es 90 malheureusement disparu depuis. On a voulu s’amuser Ă  en reshaper une. De fil en aiguille, je me retrouve aujourd’hui Ă  monter une entreprise de fabrication artisanale de skis, snows …skates et wakes (Ă  venir). Lunik, basĂ©e Ă  Helsinki. C’est un rĂȘve qui prend forme.

2) Peux-tu nous expliquer les différentes étapes de la fabrication ?

Pour les skis comme pour les snows, le principe est le mĂȘme : le sandwich.
Une semelle entourĂ©e de carres. Ensuite, j’utilise une premiĂšre couche de fibres sur laquelle viendra se poser le noyau en bois. La deuxiĂšme couche de fibre puis le placage final. Tout est stratifiĂ© avec de la rĂ©sine d’époxy.
La particularitĂ© se trouve dans les composants. Il serait prĂ©tentieux de parler de planches bio alors j’utiliserais le concept de planches « raisonnables ». La semelle est Ptex (Isosport 7500) et les carres en acier. J’utilise des fibres naturelles de lin, du bois local (noyau et placage) et une rĂ©sine biosourcĂ©e. Pour les champs j’utilise du chĂȘne, local lui aussi.

3) Tu utilises le systĂšme de presse Thin Air Press de Roarockit, pourquoi ce choix et comment as-tu connu Roarockit ?

En effet, j’utilise le systĂšme de Roarockit. Je l’ai dĂ©couvert tout simplement en lançant une recherche sur le net, presse Ă  vide d’air. Il est super simple d’utilisation et efficace. Pour le moment, il m’a permis de presser 3 snowboards et 2 paires de skis. De plus, quand j’ai commencĂ© ce projet, le manque de moyen (atelier dans un garage, pas de financement) m’a obligĂ© Ă  chercher les solutions les moins onĂ©reuses et les plus accessibles. J’utilise le grand modĂšle (40×80 inches). Il est suffisamment long pour y glisser un moule en mousse haute densitĂ© et mon sandwich. Pour gagner du temps j’utilise un aspirateur de chantier pour Ă©vacuer la plus grosse partie de l’air puis la pompe livrĂ©e avec le kit. Jusqu’à aujourd’hui, rien Ă  reprocher Ă  ce systĂšme. La pression est suffisante pour laminer mes snows et mes skis, le vide tient jusqu’au lendemain. Et surtout, la presse se plie facilement et ne prend donc pas de place, ce qui est primordial quand on travaille dans un espace rĂ©duit.

4) Tu as maintenant pu tester la board (Laponie ?), qu’en penses-tu ? Parfait du premier coup ? Des amĂ©liorations Ă  apporter ?

J’ai mĂȘme pu tester 3 boards et 2 paires de skis. Ce que j’en pense, des boards ou de la Laponie ? Pour les planches, excellentes surprises Ă  chaque fois. Que ce soit par rapport au shape donc au type d’utilisation, par rapport Ă  l’épaisseur de noyau et au flex, tout correspondait Ă  mes attentes. Des prototypes rĂ©ussis.
La Laponie, c’est comme sur les cartes postales. C’est froid, les journĂ©es sont courtes mais il y a de la super neige. Nous avons eu toutes les conditions possibles : Soleil, grosse tempĂȘte oĂč mĂȘme les tĂ©lĂ©skis devaient fermer, pistes bien dures et peuf entre les sapins.

Parfait ? Hum…pas loin. Je dois maintenant amĂ©liorer les finitions afin de rendre ces produits vendables. Un exemple simple, utiliser des placages un peu plus fins, qui seront plus simples Ă  laminer. Un petit dĂ©tail qui a beaucoup d’importance.

5) As-tu d’autres projets en cours ou Ă  venir ?

Je dois honorer ma premiĂšre commande pour le dĂ©but du mois de mars. Une paire de skis orientĂ©s piste avec une finition « chĂȘne » (comme ceux de la photo).
Les prochains prototypes seront axés sur la glisse printaniÚre et estivale, à savoir skate et wakeboard.
À terme, si l’entreprise se dĂ©veloppe suffisamment, dĂ©velopper des ateliers de fabrication de skate au sein des Ă©coles… je reste un peu prof dans l’ñme. Et pour cela, je compte sur les produits Roarockit (promis, ils ne m’ont pas payĂ© pour dire ça ).

6) Des remerciements, dédicaces ?

Tout d’abord, merci Ă  Sarah de Roarockit de me proposer cette interview. Merci pour vos produits qui me permettent et me permettront de continuer Ă  dĂ©velopper mon activitĂ©.
Merci Ă  mon Ă©pouse et Ă  mes enfants qui me soutiennent dans ce projet.
Un « special thank » pour Laurent (Skate Crisis @youtube) sans qui ce projet n’aurait certainement pas vu le jour.

Et merci Ă  toutes celles et ceux qui m’aideront Ă  rĂ©aliser mon rĂȘve (Lunik) d’une quelconque maniĂšre que ce soit.

Merci Alex ! Et bon ride !

Vous pouvez voir la vidĂ©o du test des skis et snowboard handmade d’Alex accompagnĂ© de Laurent en Laponie en cliquant sur ce lien.

Shaper of the month : Matheus Iark

Shaper of the month : Matheus Iark

Thank you for taking the time to be a part of our “Shaper of the month” articles.
It is a pleasure to see and put forward your work!

– We will start with a little presentation of yourself. Where do you come from? How old are you? What is your life goal and what do you do now?

I’m 30 years old from a small town in the south of Brazil but have been living in Germany since 2012. I like skateboards since I can remember and got my first one when I was around 10 years old. It wasn’t really a great setup with it’s plasticky wheels and rubber bushings, but I learned how to comfortably cruise with it. When I was around 13 I got my first real skateboard and started learning some tricks. I was riding regularly for about 2 years, then on and off until 2012 when I moved to Germany. In 2014 I got my first longboard, which I used to cruise around and commute, but also learned a few dance steps. About a year later I bought a proper dancer, then a mini cruiser, then a downhill deck and so on.

By the end of 2015 I built my first deck, I really enjoyed the building process and the feeling of riding a self-made board, so I started looking more into it and found out about Roarockit.

Shortly after I got a TAP kit, better tools and built a couple more decks, which were not perfect, but already much better than the first one. Now my main project is a downhill deck for myself and the crew I’m part of (we are Draft Train Media on Instagram and Youtube). I also have my personal Youtube channel with some skate videos, where I also plan to post the production process of my next decks.

I have the dream to make deck building (and woodworking in general) a way of living, but there’s still a very long way until I get to a level of product quality and design that is commercially viable, so for now I keep it as a hobby, improving on every deck I make.

– Have  you recently started woodworking?

Yes and no. In my childhood and teenage years I helped my dad build some simple stuff out of wood, like a small house for our dog, and with some friends a small ramp and a grinding box for street skating. The first deck I built was with hardware store plywood and a heavily improvised press with whatever heavy stuff I could find to bend it. It wasn’t pretty, but it’s still very rideable.

– What is your relationship with Canadian Maple veneer? Why is it so special to you?

It’s actually a love-hate relationship. It’s a fantastic material to work with, I can bend it relatively easily and the deck I’ve built with it feels very solid. Problem is, it’s a difficult material to find where I live and a bit more expensive than I would like, so that still holds me back. Right now my plan is to use cheaper hardware store plywood for prototyping then when I achieve the results I’m satisfied with, get a batch of Canadian Maple veneer to make higher quality decks.

– How did you find out about Roarockit and why did you choose a TAP system instead of another kind of press?

The first time I read about Roarockit was at diyskate.com. I was looking for information about how to build a press and came across the Roarockit TAP, which was a surprise as I had never heard of deck pressing with a vacuum bag. I don’t have a lot of storage space or a workshop, I make the builds either on my apartment’s balcony or in the building’s backyard, so being able to fold and store my press in a shelf made all the difference, which is something I wouldn’t be able to do with a bottle jack press for example. The usage is very simple, making a mold out of hard foam is much easier and cheaper than wood or concrete, which is nice for amateur builders as myself, and if you take your time to do it right, the results are outstanding for such a simple deck-pressing method. The tutorial videos on Roarockit’s Youtube channel are also excellent and helped me avoid many mistakes.

– You wrote an excellent article of your experience with our kit. You can read the article here. It’s a really good one thank you! What is your relation with blogging and the website LongboardEnvy? And why write an article about Roarockit?

I’ve actually never had a Blog myself. The opportunity to write for Longboard Envy came after I posted on /r/longboarding a short review on the Ronin Cast Katana trucks I had recently bought. I couldn’t find any reviews on it so I decided to share my experience with them with the community, then JC from Longboard Envy contacted me inviting for a guest post with a bit more in depth analysis of those trucks. Some time after that, he invited me to write on an ongoing basis and I joined.

The idea of writing about the Roarockit TAP bag kit came from both the need of original content for Longboard Envy and some tips and details about using it that I gathered by reading articles about it, watching tutorial videos and my personal experience designing and building a deck. I wanted to put it all together in one place to help first builders get a good idea of the whole process.

– What are you working on now? And what are your future projects?

Right now I’m sketching some ideas for boards I want to build for the next season. One of them is a 1960’s style, flat, solid wood board. I really like how they look and I want to learn how to stain wood. I want to learn how to apply fiberglass and carbon fiber in order to build a light but super stiff downhill deck and I have a couple of waiting orders from friends for a cruiser and a slalom deck.

– Any comments or special thanks?

Thank you Roarockit for inviting me to be part of Shaper of the Month and for making it’s products available in Europe, to my friends who support me in deck building, specially Kim and Roberto who painted the amazing custom art on my decks, and the longboarding community on Reddit who is really helpful as well.

Thank you ?

Youtube: Matheus Iark

Kris Klima: Luthier Project

Kris Klima: Luthier Project

It is with pleasure that we share today Kris Klima’s guitar body project.

Kris applied a new skin to his guitar and kindly shared with us his experience and feedback of using the Roarockit Luthier Thin Air Press Kit.

Hi,

I’m Kris and what you’re looking at is an Ibanez GRG7221 body with a Khaya veneer applied using the Roarockit Luthier press kit.

I play guitar and I always wanted to try a couple of ideas so I bought a ‘pre-owned’ budget instrument that a) I would not hesitate to tinker with, b) would not regret if things go wrong, c) I would be comfortable playing if everything goes according to plan.


After watching a crapload of luthier videos (esp. Crimson Guitars and Will’s Easy Guitar channels), I decided to take it to another level. I bought some veneer (thanks to the Wood Veneer Hub for advice and arranging shipping), glue, and went searching for a vacuum press. After a while, I discovered Roarockit Skateboard and thought
 OK, if that press is strong enough to bend seven layers of Canadian maple into shape, it must be enough to cold press veneer onto a guitar body. So I ordered one.

And
 it worked!

Let me share a couple of dos and don’ts so you avoid mistakes that I made.

Flip the bag upside-down.

  1. You may need to use a small rubber roller to get the air bubbles out, especially on guitars that do not have flat bodies. You can’t do that with the valve and the net on top of your project.
  2. To support the upside-down bag, I used a box from an LCD monitor with a hole cut in the middle for the valve.

Use flat support for the guitar body – a thin MDF would do

  • This will help with stability when you are putting the guitar in the bag. There’s not too much space left and with an MDF board, it would be like putting the guitar inside on a tray. You may fix the body to the plank using a double sided tape
  • Round the edges of the plank – I used a router but some quick sanding or rasping would do too

Fill in the cavities

  • Typically, you cut out the holes for pickup cavities in the veneer after application. However, veneer will crack around sharp and deep edges under pressure and some cracks might extend to the actual body area. I used foam that usually comes in boxes with electronics – cut to size to fill up pickup cavities, the neck joint and the electronics cavity on the backside. Ensure the foam does not protrude but it doesn’t have to be leveled, I went with about 3 mm below the surface.
  • I also constructed a large counterpiece to fit in the space around the horns. I actually punctured one Roarockit bag on the sharp pointy end of one of the horns. Having something in between the horns will not affect the pressure in the areas where you need it, but will ease/prevent the bending of the bag over critical areas. That ugly thing that you see is a crudely shaped polystyrene block wrapped in a packing tape. Crude but effective.

Cut the veneer as close to the shape as possible

  • You may end up with ugly veneer patches glued to the sides of the guitar. You can get rid of them (using a scalpel knife, roller sander etc) but it’s an extra effort and not an easy one
  • Or you’ll be left with bits and pieces cracking and sticking out, then cracking under increasing pressure. Those cracks can spread to where you don’t want them to be.

Use a vacuum cleaner in the initial phase of the operation

  • This is important especially on guitars with curved surface (or that belly cut-out on superstrats).
  • Veneer will bend – but the longer it takes, the higher the chance it will crack and that the splinter will move from its original location. It happened to me. Had I used a hoover, the veneer would have still cracked as the cutout is huge and deep, but it would not have moved 30 degrees off – quick depressurization would keep it in place.
Back of guitar

Go slow, think things through, and then slow down further. And have fun :)s

LinkedIn profile (https://www.linkedin.com/in/kristianklima/ )

Thanks Kris for your feedback and sharing in detail your experience with us.

Board building School of the year: Foundation de Serix Classe T

Board building School of the year: Foundation de Serix Classe T

Aujourd’hui c’est avec immense plaisir que nous prĂ©sentons le projet de RĂ©my et Alain, enseignants Ă  la Fondation de Serix, en Suisse.

Ils sont venus nous rendre visite il y a un an et ont depuis lancĂ© la Fabrication de Skateboard en tant que projet annuel dans leur Ă©cole. Un projet qui leur permettent d’aborder un large Ă©ventails de disciplines scolaires, humaines et mĂȘme de lancer leur propre entreprise!

Un exemple tellement complet, relevant en tous points des raisons et motivations pour lesquels nous avons lancĂ© Roarockit en Europe, que nous les nominons ECOLE DE l’ANNEE 2019 !

Voici donc leur prĂ©sentation, lisez la suite pour en savoir plus sur leur projet scolaire annuel de Skateboards…

1) Petite prĂ©sentation, d’oĂč vous venez, votre mĂ©tier etc ?

Alain : Je m’appelle Alain Rohrbasser, j’ai 41 ans et je viens du canton de Fribourg en Suisse. Je suis avec la mĂȘme compagne depuis plus de 17 ans et nous sommes les heureux parents de deux petits garçons de 2 et 6 ans. Nous habitons une petite fermette que nous avons rĂ©novĂ©e ces derniĂšres annĂ©es et nous avons un chien, un bouvier bernois nommĂ© Baloo. Je suis au bĂ©nĂ©fice d’une premiĂšre formation d’infirmier et une deuxiĂšme d’éducateur social. Je travaille depuis 9 ans Ă  la Fondation de Serix, Ă  PalĂ©zieux, en Suisse. Je suis

 passionnĂ©, entre autres, de sports de glisse et j’ai toujours Ă©tĂ© dĂ©pendant de 2 ou 4 roues pour me dĂ©placer


RĂ©my, 35 ans, j’habite juste au-dessus de chez Alain sur le sommet d’une colline avec ma femme et ma fille de 1 an. MĂȘme si j’ai plutĂŽt mal vĂ©cu mon parcours scolaire puis acadĂ©mique, je travaille en tant qu’enseignant spĂ©cialisĂ© Ă  la Fondation de Serix depuis 10 ans et j’adore mon job! Mon pĂšre m’a appris Ă  skier Ă  l’ñge de 2 ans. J’ai plongĂ© dans la culture skate Ă  11 ans, l’annĂ©e oĂč j’ai Ă©galement troquĂ© mes lattes pour un snowboard. Aujourd’hui, j’ai appris Ă  jouer avec les saisons et change de planches en consĂ©quence: surf l’étĂ©, snowboard l’hiver et le skate le reste du temps.

La musique et le monde de l’image font Ă©galement partie intĂ©grante de ma vie.


2) Nous nous sommes rencontrĂ©s lors de votre visite dans nos locaux Roarockit pour une formation de Formateur, comment avez-vous trouvĂ© cette formation et qu’est-ce qui vous a motivĂ© pour le faire
 ?

Depuis que nous travaillons Ă  Serix, nous essayons de faire de notre classe le lieu que nous aurions aimĂ© frĂ©quenter lorsque nous Ă©tions jeunes. RĂ©guliĂšrement, nous partons des envies ou idĂ©es des Ă©lĂšves et parfois nous leur faisons des propositions. Travaillant en projet scolaire annuel, nous avons dĂ©jĂ  produit: un film d’animation, un CD de rap, un film documentaire, et divers tutoriels ainsi que d’autres projets qui sont visibles sur notre blogue: www.classetproduction.com.

Fabriquer des skates est un rĂȘve d’enfant pour nous deux. Il faut dire que lorsque nous Ă©tions Ă©lĂšves, nous nous faisions confisquer notre planche lorsqu’on venait Ă  l’école avec. En fabriquer dans notre classe reprĂ©sentait aussi un moyen de prendre une petite revanche sur le systĂšme.

Cela fait donc un certain temps que cette idĂ©e nous trotte dans la tĂȘte, mais nous ne savions pas comment entreprendre cette dĂ©marche complexe.

L’annĂ©e derniĂšre, lors d’une recherche internet, nous sommes tombĂ©s sur le site de Roarockit qui offre une formation Ă  Bordeaux pour devenir formateur certifiĂ© et ainsi accompagner efficacement enfants ou adultes dans la rĂ©alisation de planches customisĂ©es. AprĂšs quelques dĂ©marches administratives, nĂ©gociations avec notre direction, nous nous sommes envolĂ©s en direction de Bordeaux pour vous rencontrer. AprĂšs ces deux jours intensifs de formation, nous avons repris l’avion avec des Ă©toiles plein les yeux et la certitude que ce projet allait enfin se concrĂ©tiser. Cette formation a rĂ©pondu aux nombreuses questions en suspens et nous avons pu suffisamment dĂ©velopper nos compĂ©tences pour nous projeter dans la fabrication de planches avec nos Ă©lĂšves.


3) Vous avez maintenant lancé la fabrication de skateboards dans votre école, pouvez-vous nous en dire plus sur ce projet et en quoi consiste-t-il
 ?

À notre retour de Bordeaux, nous avons exposĂ© aux six enfants de la classe ce que nous avions appris et quelles seraient les diffĂ©rentes Ă©tapes du processus de fabrication. L’enthousiasme des enfants, le soutien de notre direction qui nous a mis un espace Ă  disposition, ainsi que le partenariat avec le skate shop SurfMachine nous ont convaincus de dĂ©marrer le projet. Nous avons donc commandĂ© le matĂ©riel et les outils nĂ©cessaires Ă  la fabrication de skateboard pour notre classe sur le site de Roarockit.

L’annĂ©e derniĂšre, nous avons ainsi pu offrir l’opportunitĂ© Ă  nos six Ă©lĂšves de rĂ©aliser le skateboard de leur rĂȘve tout en travaillant leurs objectifs scolaires.

Nous avons Ă©galement dĂ©veloppĂ© une mini-entreprise. Celle-ci nous a permis de rĂ©aliser quatre planches que nous avons vendues Ă  des clients. GrĂące au partenariat avec SurfMachine, une planche rĂ©alisĂ©e et vendue par CTSkateboarding offre la possibilitĂ© Ă  un enfant de notre classe de fabriquer son skateboard gratuitement l’annĂ©e scolaire suivante.

Si vous souhaitez commander une planche Ă  CTSkateboarding et ainsi participer au projet des Ă©lĂšves, vous pouvez les contacter Ă  l’adresse mail suivant :  classetproduction@gmail.com

4) Comment ce projet se dĂ©roule-t-il jusqu’Ă  prĂ©sent? Quelles rĂ©sultats remarquez-vous ?

Ce projet se dĂ©roule Ă  merveille et Ă©volue au fil du temps. Nous avons obtenu d’excellents rĂ©sultats et chaque enfant Ă©tait trĂšs satisfait et fier d’avoir pu rĂ©aliser sa propre planche. Pour notre population d’élĂšves, atteindre un tel objectif contribue Ă  restaurer leur estime personnelle qui se situe souvent au ras des pĂąquerettes lorsqu’ils arrivent Ă  la Fondation.

En effet, nos Ă©lĂšves ont souvent vĂ©cu des situations familiales trĂšs difficiles qui se rĂ©percutent souvent sur l’école. Il s’ensuit des dĂ©crochages, ruptures ou encore des problĂšmes de gestion de la violence. La perte de sens dans les apprentissages est aussi trĂšs courante, car l’école rĂ©guliĂšre ne peut pas toujours prendre en compte les besoins et intĂ©rĂȘts de tous les Ă©lĂšves. Apprendre se rĂ©sume alors souvent Ă  faire des fiches, et le nombre de fiches rĂ©alisĂ©es serait censĂ© mesurer les apprentissages rĂ©alisĂ©s. Pour nous, apprendre passe par l’intĂ©rĂȘt, la motivation et le jeu pour chaque ĂȘtre humain et indĂ©pendamment de son Ăąge


 

La dynamique de la classe Ă©tait excellente durant les ateliers de fabrication et l’entraide entre les enfants Ă©tait omniprĂ©sente et souvent indispensable (phase d’encollage). Depuis le temps que nous travaillons en projet, nous avons Ă©galement pu remarquer qu’il Ă©tait beaucoup plus motivant pour les enfants de pouvoir mettre en lien apprentissages et mise en pratique. Par exemple, travailler la prĂ©cision d’un travail de gĂ©omĂ©trie sur fiche est nettement moins passionnant, Ă©tant donnĂ© qu’il n’y pas d’incidence si ce n’est l’apprĂ©ciation du prof. Se montrer prĂ©cis dans le traçage du template de sa future planche ou du moule qui servira Ă  presser sa planche constitue un vĂ©ritable enjeu sur la « ridabilité » de la planche. Avec ce projet skate, nous parvenons Ă  aborder de nombreuses disciplines scolaires du plan d’études comme: le français au travers du blogue, les mathĂ©matiques avec la gestion de budgets ou les mesures, l’histoire des moyens de transports, etc.

Le fait d’avoir des commandes et dĂ©lais stimule davantage le sens des responsabilitĂ©s des Ă©lĂšves. Nous avons souvent remarquĂ© que la gestion de la discipline n’était plus seulement verticale, mais favorisait l’autorĂ©gulation du groupe.


5) Quels sont vos projets futurs
 ?

Une nouvelle année scolaire vient de débuter et les enfants que nous accueillons cette année se réjouissent de poursuivre le développement de cette mini entreprise que nous avons nommé CTSkateboarding. Hormis les différentes commandes de planches que nous avons déjà reçues, nous allons élargir notre catalogue. Les enfants ont de nombreuses idées de produits dérivés réalisés avec les chutes des découpes de nos planches ou de planches récupérées pour en faire des raquettes de tennis de table, des fingerskates, des bagues ou encore des pendentifs, etc.

L’idĂ©e de shaper des skis et des snowboards nous titille de plus en plus



6) Des mots de la fin, dictons pré
férés ou remerciements à ajouter?

Nous remercions chaleureusement Roarockit à Bordeaux de nous avoir offert la possibilité de mener à bien ce projet aux niveaux logistiques et pédagogiques.

Sans la Fondation de Serix, les planches de nos rĂȘves se rĂ©sumeraient encore Ă  quelques croquis sur papier. GrĂące Ă  SurfMachine Ă  Bulle, qui nous soutient d’une façon presque indĂ©cente pour le hardware et mĂȘme plus encore, les enfants auraient uniquement un plateau dans les mains.

Nous tenons aussi à féliciter les enfants qui nous ont suivis dans nos délires de grands enfants qui refusent de grandir trop vite.

« Let the kids ride for free! »

 Suivez les aventures et projets de la Classe T sur leur blog: www.classetproduction.com
Participer Ă  leur projet en achetant des planches fait main par leur soin : classetproduction@gmail.com

Shaper of the month : David Zuber

Shaper of the month : David Zuber

Today, we would like to introduce David Zuber, skater, designer and builder.

Photo by: Caroline Krajcir.

Following several email exchanges, David sent us some images and details of a school project he had been working on. His project intrigued us, so we wanted to find out more…

“I started Skateboarding when I was about 11 years old. Now I’m 27 and it is still a big part of my life.

Without realizing, skateboarding introduced me to the creative aspects of life like Illustration, photography, product design and gave me a kind of outside the box thinking on the way.

Of course, I have never been the best in school but finally I’ll start my studies in product design this month – thanks to skateboarding for all of this. “

1 – You recently built a very neat school project, can you tell us a bit about this ?

“This was a three and a half weeks project at the ZHDK in Zurich. The topic was up to us and we could work quite freely.

My mind is a mess and I usually jump from idea to idea and try to figured out a lot of different things in one project.

The Goal was to make a customizable nightstand but as always, the process is the destination.

I started with a LEGO grid went over child wood puzzles, created a body in cinema 4D that moves depending on what kind of object (Things usually found on your nightstand) is falling on to it so I can create depth out of a two-dimensional plate.

At the end I ended up cutting the Roarockit veneer by laser cutter and layering them up.

I tried to figure out a way to get loose of the two-dimensional surface and create a customizable mini table.” 

2 – You used Roarockit material to do so, how do you find it so far and how did it come into play with your project ?

“I realized if I want to go into depth, I need to have a material to push the depth even further. So Lucky I skate and know that skateboards are made out of thin and colorful veneer to gain even more depth.

Since my mind never stops, I had to do something with the leftovers and created an induction charge, a lamp and so on. For my this was the biggest satisfaction during the whole project.”

Working with the Roarokit material was very interesting it gives you a lot of opportunities and you even discover a lot more during the process. One of the more interesting methods was bending the wood to give it a new shape without using glue.”

3 – You also recycle old skateboards, when did you start this project and what does it involve ?

“The first project I ever made was around 2014. After this I teamed up with some one of our skate group who was interested to work together on the same topic.

The main point is to simply recycle old skateboards. After a long time, we figured out how we can build bigger plates to create tables and furniture.

We always try to push the material to the limit and use it differently. We now also create bowls and are working on some smaller goods to finally put it on our web shop that should come soon.

But still my favorite thing to do is figuring out things and make up crazy concepts in my mind.”

Caroline Krajcir Fotografie

4 – Any future projects in mind ?

“OOOh yes my mind and notebooks are full of them.

I just made a concept to use some more Roarokit material but we first have to finish a 2.8×1.1 meter Table haha.”

Instagram: @waerchi_nr8

5 – Any comment, special thanks or favorite saying you would like to add ?

“Boys and girls keep skating and remember to always leave the skateparks and spots clean from trash.

To the Roarokit team, keep making this great material and keep the community up.

@Solothurn, it is finally time to give us a skatepark!!!

A big THX to my Teammate I know it isn’t always easy to work with me.

THX to all my skate friends and supporters of our wÀrch-Nr.8

THX @ Caroline Krajcir Who took the pictures of our Workshop

And of course, THX to my family and my girlfriend who are always supporting my!”

Follow and see more of David’s work on his instagram page. 

Romain Hurdequint : L’art du Skate

Romain Hurdequint : L’art du Skate

Arriver Ă  associer l’art avec le monde du skate ? Pas l’art de poser des tricks dans des bowls, dans la rue ou dans des contests mais bel et bien l’Art avec un grand A. 

Romain Hurdequint lors de son expo SkateStation

Cette question, Romain Hurdequint commence Ă  y rĂ©pondre depuis peu mais ce n’est pas arrivĂ© par hasard. Une idĂ©e, une passion, une rĂ©flexion l’ont menĂ© jusqu’Ă  cette finalitĂ© qui est aujourd’hui logique : Non les artistes ne peignent pas que sur toile, les sculpteurs ne sculptent pas que de la pierre, et les skaters ne se font pas connaĂźtre que sur le bitume.

L’amour de la planche a submergĂ© Romain dĂšs son plus jeune Ăąge mais c’est depuis 5 ans qu’il travaille Ă  rendre son imaginaire bien rĂ©el. Graphiste et WebDesigner de talent, son premier projet a Ă©tĂ© de crĂ©er un Tumblr : The Daily Board. Un blog oĂč il poste 2 planches par jour
 Pendant 4 ans ! ! Ce n’est pas moins de 3000 boards qu’il publie mais attention, ce ne sont pas des boards prises au hasard au dĂ©tour d’un skatepark pour un simple grip ou un custom stylĂ©. Non, nous sommes dĂ©jĂ  Ă  la recherche d’artistes utilisant le skate comme support artistique, comme une toile que l’on peint. C’est donc dans cette idĂ©e que son esprit progresse et que la rĂ©flexion commence Ă  se dessiner.

Evolutuion du book (premiĂšre vs derniĂšre couverture)

Alors, une question se pose, pourquoi ne pas en faire un livre ? Et oui le sport c’est surtout des exploits, des photos, des vidĂ©os afin d’avoir une trace visuelle de l’effort. Il manque quelque chose au Skate Art. Imaginez le 900 de Tony Hawk mais juste racontĂ© par Ă©crit, la grosse Bertha de Candide Thovex lu seulement dans un journal intime. Sans photo, sans image, sans vidĂ©o, comment faire ressentir la pression, la puissance et la beautĂ© de l’instant. Romain a eu la bonne idĂ©e d’allier l’Ă©criture Ă  l’illustration. L’histoire du rĂ©veil des artistes utilisant le skate comme exutoire.

Bien sĂ»r, c’est un travail de titan qui l’attend : travailler les prototypes, trouver une maison d’Ă©dition, contacter des artistes du monde entier et obtenir les droits d’utilisation des Ɠuvres. Tout cela ne se fait pas en un jour. Mais laissons un peu la parole au principal intĂ©ressĂ© :

Romain, peux-tu nous expliquer comment on rĂ©dige un livre illustrĂ© comme celui-lĂ  ? Par oĂč commence-t-on au vu du grand nombre d’Ɠuvres que tu as rĂ©fĂ©rencĂ©es ?

Avec beaucoup de sueur et d’obstination ! C’est marrant parce que je me suis lancĂ© dans ce projet tĂȘte baissĂ©e, sans me dire que ça irait aussi loin. A la base, je voulais crĂ©er un e-book de 100 oeuvres Ă  base de skate que j’avais chinĂ© sur Internet et qui m’avaient mis une vraie claque. 

Extrait SkateArt #1

TrĂšs vite, un ami qui dirige une agence de communication (coucou Cyril sama) a Ă©tĂ© bluffĂ© par ma maquette et m’a proposĂ© d’imprimer une dizaine de prototypes papier du livre pour voir. Le rendu Ă©tait cool, bien qu’à des annĂ©es lumiĂšres du livre Skate Art qui existe aujourd’hui. 

En regardant pour le commercialiser et le distribuer, on s’est rendu compte que ça allait vraiment ĂȘtre trĂšs compliquĂ©. J’ai alors contactĂ© 7 maisons d’éditions, 2 m’ont proposĂ© un rendez-vous et ça a vraiment matchĂ© avec une. 

A partir de lĂ , nous sommes partis dans un processus de crĂ©ation de 2 ans. 

Extrait SkateArt #2

Le livre a Ă©tĂ© complĂštement remaniĂ©, du concept, Ă  la maquette en passant par tout le contenu mĂȘme du livre. L’objectif Ă©tait de faire une bible de tout ce qui avait Ă©tĂ© fait en terme d’illustration, de peinture, de gravure ou de sculpture Ă  partir d’un ou plusieurs skateboards. En fait, crĂ©er une sorte de panorama de toute la crĂ©ativitĂ© autour de ce support.

J’aurai voulu en montrer toujours plus, surtout que des planches incroyables sont crĂ©Ă©es tous les jours, mais l’éditeur a voulu limiter le livre Ă  300 pages (le livre fait au final 320 pages, j’ai rĂ©ussi Ă  en gratter un peu plus, ahah).

Vous l’aurez compris, le projet de Romain est un Ă©norme mix entre purs passionnĂ©s de skate et ceux qui se sont appropriĂ©s les diffĂ©rents supports artistiques.

Mais Romain ne s’arrĂȘte pas lĂ . Des tas de projets en tĂȘte, la recherche des artistes et de leurs Ɠuvres l’ont encore plus imprĂ©gnĂ©s de cette nouvelle dĂ©finition du Skate Art. Il se lance alors dans l’organisation d’expositions autour des boards d’artistes. AprĂšs avoir vu et dĂ©crit toutes ses Ɠuvres, vient enfin le moment de les toucher, de les voir en vrai mais surtout de les faire dĂ©couvrir aux visiteurs. C’est effectivement un vrai plaisir pour Romain de faire dĂ©couvrir ce milieu Ă  tous.

 AprĂšs avoir fait le premier pas en faisant dĂ©couvrir le Skate Art par le biais d’un livre, l’aboutissement n’Ă©tait-il pas de voir les Ɠuvres en vrai ?

Projection Mapping de Boards Ă  Lyon

Je n’osais mĂȘme pas en rĂȘver pour ĂȘtre franc
 et ça s’est fait vraiment naturellement.

Au lancement du livre, les Editions Cercle d’Art et moi avons chacun crĂ©Ă© un Ă©vĂšnement dans nos villes respectives. De leur cĂŽtĂ©, ils ont prĂ©parĂ© une vente aux enchĂšres au profit de Skateistan Ă  Paris. De mon cĂŽtĂ©, j’ai organisĂ© un vernissage oĂč toutes les planches du livre ont Ă©tĂ© mappĂ© (le fait de projeter de la lumiĂšre, de l’image ou des vidĂ©os sur des volumes) sur une installation de 34 skate Ă  Lyon (big up Ă  Louis ClĂ©ment pour le mapping).

European Custom Board Show #2 Ă  Bordeaux

La programmatrice artistique de Superposition m’a proposĂ© d’organiser une exposition dans leur galerie et c’était parti 🙂

C’est clairement un aboutissement ! Pour travailler dans le digital et avoir toujours fait The Daily Board dans mon coin, le fait d’avoir un objet physique comme un livre Ă©tait dĂ©jĂ  fou. Aller jusqu’à organiser des expositions et pouvoir partager ça avec un public de curieux ou de passionnĂ©s, c’est extraordinaire !

European Custom Board Show #2 Ă  Bordeaux

Nous pouvons ĂȘtre fiers d’avoir organisĂ© en collaboration avec Darwin Bordeaux, Chalk Custom Board et Roarockit Skateboard Europe une exposition d’art sur skate qui s’est dĂ©roulĂ© pendant 1 mois Ă  Bordeaux : The European Custom Show #2 rassemblant prĂšs de 70 artistes venant de toute l’Europe et 250 boards custom. Pour cette exposition, Romain s’est illustrĂ© en y apportant une nouvelle touche artistique : le tatouage de board.

Peux-tu nous Ă©clairer sur ton projet d’allier le monde du tatouage et le Skate Art ?

La premiĂšre exposition que j’ai co-organisĂ© est la Skate Station 001 l Skate collector

Expo Skate Station 001

L’idĂ©e Ă©tait de mettre en avant une sĂ©lection de planches modernes et vintage, issues de ma propre collection et de celle du collectionneur Dimitri Jourdan. La galerie d’exposition Sitio par Superposition, avec qui nous avons collaborĂ©, nous a confiĂ© un mur de la galerie pendant deux semaines et ça a Ă©tĂ© un franc succĂšs !

AprĂšs cela, l’équipe de Superposition m’a proposĂ© de faire une nouvelle exposition dans les 230mÂČ de la galerie. Toujours dans le thĂšme du Skate Art mais avec quelque chose de nouveau.

En retombant sur le travail du tatoueur Pierre Bonzon sur deux skateboards, je me suis dit que c’était la bonne formule : faire encrer un diptyque de planches de skate par des tatoueurs. Nous avons donc donnĂ© deux skateboards Ă  17 artistes-tatoueurs lyonnais. Et en creusant, j’ai vu que ça avait beaucoup de sens !

European Custom Board Show #2

Ce sont deux cultures subversives, issues de la culture punk, trĂšs proche qui se rencontre au dĂ©but des annĂ©es 80. A cette pĂ©riode, la lĂ©gende du skate Jay Adams se fait tatouer Ă  19 ans le logo ‘Thrasher’, Ă  une pĂ©riode oĂč le nom de ce magazine Ă©tait tout sauf mainstream. D’anciens pro-skateurs des annĂ©es 80 sont aussi devenus de grands tatoueurs comme Adam McNatt ou Eric Dressen. D’ailleurs, de nos jours, il est courant de croiser des skateboards accrochĂ©s aux murs dans les salons de tatouage.

Paul Daubié : portrait des tatoueurs

C’est donc pour rendre hommage Ă  cette ‘bromance’ que nous avons voulu faire cette expo. Et pour aller plus loin, nous avons demandĂ© au photographe Paul DaubiĂ© de rĂ©aliser des portraits Ă  l’argentique de chaque tatoueur pour accompagner les boards.

Et l’on peut dire que ce fut une belle rĂ©ussite : 500 visiteurs sont venus voir l’exposition en deux semaines, la presse a pas mal communiquĂ© sur l’évĂšnement et nous avons eu que des retours positifs !

Parce que Romain n’en a jamais assez, il a lancĂ© un autre projet : TigerClaw Supplies. AprĂšs avoir trouvĂ© les boards, organisĂ© les expositions et amenĂ© les artistes, il fallait bien accrocher les boards quelque part de la meilleure des façons. Et quoi de mieux qu’une attache complĂštement invisible afin de donner un effet d’apesanteur aux boards exposĂ©s ? Romain l’a fait !

Comment t’es venu cette idĂ©e et avec qui l’as-tu concrĂ©tisĂ© ? 

Fixation TigerClaw Supply

Alors que je commençais Ă  bricoler des fixations murales de skate pour chez moi, Keflione, du studio crĂ©atif RoyalClub Shanghai (avec qui j’avais dĂ©jĂ  collaborĂ© pour la sĂ©rie de planches Polar Totem, rĂ©alisĂ©e pour la sortie du livre) m’a dit qu’il galĂ©rait Ă  installer ses planches chez lui. Il a passĂ© plusieurs semaines Ă  rĂ©flĂ©chir au problĂšme avant de me montrer une esquisse de la fixation murale idĂ©ale : en mĂ©tal donc solide, blanche pour ĂȘtre discrĂšte, un design simple et des vis transparentes pour ne pas voir la planche une fois installĂ©e.

C’est comme ça que nous avons lancĂ© Tigerclaw Supplies : une marque de produits dĂ©diĂ©s Ă  l’univers du skate. Nous avons commencĂ© par crĂ©er ces fixations de skate, puis une gamme de skateboards non-vernis pour permettre aux artistes de crĂ©er leurs oeuvres facilement. Pour finir, nous sommes en train de dĂ©velopper une premiĂšre collection capsule de vĂȘtements.

Vous l’aurez compris, Romain n’est pas un simple fervent passionnĂ© du Skate et de l’univers Skate Art, ce concept qu’il dĂ©mocratise par l’intermĂ©diaire d’actions marquantes dans l’air du temps. Le skate ayant toujours Ă©tĂ© connu par des vidĂ©os amateurs, des couvertures de magazines et de l’image street, pousser son Ă©volution jusqu’à l’ouverture sur l’art est un dĂ©fi que Romain gravit avec dextĂ©ritĂ© dans ses nombreux projets. Nous ne pouvons que lui souhaiter de continuer et le soutenir en suivant son travail sur ses diffĂ©rents rĂ©seaux : “Romain behance The Daily Board” “Romain Instagram” “lien boutique SkateArt”. Son livre “SkateArt” est disponible sur notre site internet en cliquant ici : Roarockit Skateboard Europe Skate Art by Romain Hurdequint

Le mot de la fin pour Romain :

Merci beaucoup Roarockit Skateboard Europe pour cet Ă©change et longue vie Ă  l’art sur skate (qui n’en est qu’à ses dĂ©buts, j’en suis sĂ»r !)

Shaper Of The Month : Yaxxine

Shaper Of The Month : Yaxxine

  • Commençons par une prĂ©sentation de notre “Shaper of the month”. D’oĂč viens-tu ? Quel Ăąge as-tu ? Que fais-tu dans la vie ? Tes passions ?  

Je m’appelle Yassine Alioualla, je suis originaire du Maroc oĂč j’ai grandi, Ă©tudiĂ© et travaillĂ© jusqu’à l’Ăąge de 27 ans. Je vis Ă  Toulouse depuis 9 ans et je travaille en tant que professeur de graphisme 3D et artiste 3D pour les jeux vidĂ©o et le cinĂ©ma d’animation. PassionnĂ© de glisse depuis tout jeune, mais depuis quelques annĂ©es, je me suis consacrĂ© au Surfskate et au Surf. Je suis aussi crĂ©ateur de contenu Instagram sous ne nom de Yaxxine. Et enfin, en 2019, j’ai crĂ©Ă© la premiĂšre marque française de deck spĂ©cialement conçus pour le surfskate, Flatdays Boards, grĂące au Pro Kit de Roarockit.

  • Qu’est-ce que le surfskate ?

Le Surfskate est une discipline qui a Ă©tĂ© crĂ©Ă© par des californiens durant les annĂ©es 90, pour s’approcher au mieux des sensation du surf. Le surfskate est souvent connu par des trucks avant singuliers, qui ajoutent le plus souvent une articulation supplĂ©mentaire afin de libĂ©rer le mouvement de l’avant de la planche, tandis que l’arriĂšre garde des trucks classiques plus rigides un peu comme des dĂ©rives.

  • Depuis combien de temps as-tu commencĂ© le travail du bois ? Connais-tu ce savoir-faire depuis longtemps ?

Mon grand pĂšre est menuisier. DĂšs l’ñge de 10 ans,mes parents me forçaient un peu Ă  y aller pour apprendre un mĂ©tier manuel. C’est un peu la tradition dans la famille. J’y passais donc une grande partie de mes vacances scolaires. Ayant pris goĂ»t au travail du bois, j’ai fini par rejoindre mes oncles qui sont Ă©bĂ©nistes en ajoutant une dimension numĂ©rique Ă  leur travail. Ce qui m’a permis de faire le lien entre le monde manuel du bois, et le monde de la crĂ©ation digitale.

Quel est ta relation avec le bois Canadien ? Est-ce une nouveautĂ© pour toi de travailler  ce type de bois ?

Le bois canadien est un excellent matĂ©riaux pour faire des skateboards. Sa durabilitĂ© est exemplaire, et il est trĂšs facile Ă  replanter. Ce qui en fait une ressource quasi inĂ©puisable. C’est donc bon pour lĂ©cologie.

Comment as-tu choisi le nom “Flatdays Boards” ? A-t-il une signification particuliùre ? Une histoire ?

Le surfskate est un complĂ©ment devenu indispensable au surf, c’est pour cette raison qu’on essaie de s’entraĂźner dĂšs que possible, par exemple durant les flat days, littĂ©ralement en anglais : jours plats, le nom qu’on donne aux jours oĂč il n’y a pas de vagues. Du coup, quand c’est un flat day, on sort sa Flatdays Board. “wink wink”.

  • Utilises-tu les technologies Roarockit ? Te sont-elles utiles au quotidien ?

J’utilise le Pro Kit qui me permet une libertĂ© et une rapiditĂ© de crĂ©ation incommensurables. Le fait de pouvoir shaper son moule en moins d’une heure, et pouvoir le rĂ©utiliser des dizaines de fois est rĂ©volutionnaire. Cela dit, chaque moule rĂ©alisĂ© a nĂ©cessitĂ© plusieurs semaines de conception.

AprĂšs plusieurs annĂ©es de ride, et une collection consĂ©quente de boards, j’ai commencĂ© Ă  rechercher des caractĂ©ristiques bien prĂ©cises sur les planches. Malheureusement, il est quasi impossible de trouver tout ce qu’on recherche dans une planche d’usine. J’ai commencĂ© Ă  m’informer sur la crĂ©ation de moule en bois. Je me suis trĂšs vite rendu compte que ça demandait Ă©normĂ©ment de temps de conception et de rĂ©alisation, et aussi de place de stockage. Je suis tombĂ© par hasard Sur les vidĂ©o de Marcel et Nico, et ça a changĂ© ma vie.

  • Tu es Ă©galement professeur en 3D et design. As-tu utilisĂ© ton savoir faire/logiciels pour t’aider Ă  crĂ©er ta board custom ?

Avant de commencer directement Ă  shaper, j’ai passĂ© plusieurs semaines Ă  dĂ©velopper mon premier shape. Tout d’abord en 2D, sur Illustrator, puis en 3D sur 3D Studio Max (un logiciel de crĂ©ation en 3 dimensions). Cela m’a permis de faire un nombre important d’itĂ©rations, avant de bloquer un shape de base. L’intĂ©rĂȘt est de visualiser dans un espace virtuel, le shape et ses caractĂ©ristiques : Wheelbase, concave, kick, nose, wheel wells etc.

Sur quoi travailles-tu en ce moment ? Quels sont tes futurs projets ?

Pour l’instant, j’ai quelques commandes en cours de certains passionnĂ©s de surfskate. Plus tard, mon objectif est d’aider Ă  dĂ©mocratiser la discipline encore mĂ©connue, malgrĂ© une popularitĂ© de plus en plus importante.

  • Un dernier commentaire ou une spĂ©ciale dĂ©dicace ? Vas-y c’est ton moment !

Je voudrais remercier ma femme qui me soutient depuis le dĂ©but de l’aventure. En tant que crĂ©ateur de contenu instagram, avoir une aussi talentueuse photographe sous la main et une bĂ©nĂ©diction.

Shaper of the Month : MojoBoxGuitars

Shaper of the Month : MojoBoxGuitars

Nous continuons notre tour du monde incroyable des Shaper Roarockit. Et comme vous le savez, nos kits ne servent pas qu’Ă  fabriquer des skate. Alors aprĂšs avoir dĂ©couvert Aled sur notre page instagram , fabricant de stylos avec nos chutes de matiĂšres premiĂšres, c’est au tour de MojoBoxGuitars alias Pierre Marc Martelli qui utilise la technologie Roarockit pour fabriquer des guitares absolument sublimes. Nous vous souhaitons une belle dĂ©couverte 🙂

 

Commençons par une prĂ©sentation de notre “Shaper of the month”. D’oĂč viens-tu ? Quel Ăąge as-tu ? Que fais-tu dans la vie ? Tes passions ?

J’ai 56 ans. Je suis mĂ©diterranĂ©en et mes racines sont ici, mĂȘme si j’ai passĂ© mon enfance en rĂ©gion parisienne. La lutherie est ma seconde vie professionnelle, car j’ai travaillĂ© pendant une trentaine d’annĂ©es dans le Design graphique et l’illustration. J’ai commencĂ© par bricoler mes propres guitares, puis celles des copains, puis j’ai construit une Archtop Jazz – un peu le summum de la lutherie guitare : une rĂ©vĂ©lation ! J’Ă©tais complĂštement envoĂ»tĂ© : je ne pensais plus qu’Ă  ça, au bois, au son, aux formes
 Ça ne m’a jamais quittĂ©, je m’endors en pensant Guitare et j’y pense toute la journĂ©e ! J’ai rĂ©alisĂ© un rĂȘve, avec le sentiment que tout ce que j’ai fait prĂ©cĂ©demment n’Ă©tait que le prĂ©ambule d’aujourd’hui. Bref, c’est le pied


 Depuis combien de temps as-tu commencĂ© le travail du bois ? Connais-tu ce savoir-faire depuis longtemps ?

Je ne connaissais quasiment rien au bois avant de me passionner pour la lutherie, mais c’est une matiĂšre avec laquelle j’ai Ă©tĂ© instantanĂ©ment en connexion. Travailler le bois ne m’a jamais semblĂ© compliquĂ© – mĂȘme s’il faut savoir apprivoiser certaines essences. Maintenant, il m’arrive frĂ©quemment de regarder un arbre ou un meuble en y voyant les guitares qu’il contient ! Et j’ai plaisir Ă  retrouver certains arbres comme on retrouve de vieux copains.

 Comment en es-tu arrivĂ© Ă  fabriquer des guitares ?

Pour ĂȘtre luthier, il faut Ă  mon avis trois qualitĂ©s : aimer la musique, aimer le bois et aimer les musiciens. C’Ă©tait mon cas. La lutherie m’a aussi enseignĂ© quelques vertus comme la patience, l’Ă©coute (du client guitariste) ou encore l’humilitĂ© face aux inĂ©vitables erreurs, car je ne connais pas d’artisan qui n’en fait pas, il y a tellement de compĂ©tences Ă  maĂźtriser. Construire des instruments est complexe, incertain, parfois frustrant. Mais la plupart du temps, c’est puissamment gratifiant ! Aujourd’hui, je ne vois vraiment pas ce que pourrais faire d’autre


 

 

 Quel sorte de bois utilises-tu pour fabriquer tes guitares ?

On distingue les bois de la lutherie acoustique et ceux de la lutherie Ă©lectrique. Mais ils ont en commun d’ĂȘtre des bois de « raisonnance Â» : Les Ă©picĂ©as, Red Cedar, palissandre, acajou, Ă©bĂšne sont des bois traditionnellement utilisĂ©s dans la lutherie acoustique. Le frĂȘne, le tilleul, le noyer, l’Ă©rable sont davantage choisis pour les Ă©lectriques, car il faut combiner leurs qualitĂ©s acoustiques et mĂ©caniques. Mais je cherche sans cesse de nouvelles essences Ă  essayer
 Ou d’autres matĂ©riaux.

 Comment as-tu choisi le nom “MojoBoxGuitars” ? A-t-il une signification particuliĂšre ? Une histoire ? 

Ahh, bonne question ! Le Mojo est une qualitĂ© et
 Un truc intraduisible ! Le Mojo est au musicien ce que le Groove ou le Swing sont Ă  la musique : une Ă©nergie, un feeling qu’il FAUT avoir sinon c’est pas la peine ! Comme je suis un grand fan de Blues, il Ă©tait certain qu’il me fallait du Mojo
 La Box, c’est le nom que JB Lenoir – un immense Bluesman – donnait Ă  sa guitare (Ă©coutez I Feel So Good). Un jour j’ai fait un + un et j’ai trouvĂ© Mojo Box Guitars, des « boĂźtes Ă  Mojo Â» : l’objectif de toutes mes grattes !

 

 

 Utilises-tu les technologies Roarockit ? Te sont-elles utiles au quotidien ?

J’utilise un kit Thin Air Press TAP 26 et je peux dire sans exagĂ©rer que ça change ma vie ! Les collages, en lutherie, sont souvent prĂ©cis, d’accĂšs complexes, sur des formes compliquĂ©e. On doit coller des piĂšces fragiles (les barrages, par exemple) sur d’autres piĂšces dĂ©licates : coller sous vide permet d’optimiser les pressions Ă  exercer tout en gĂ©rant des galbes et des Ă©paisseurs diffĂ©rentes. Idem pour le collage de plaquages de bois sur des formes torturĂ©es, par exemple.

Tout ça avec une poche sous vide une simple pompe manuelle : je tire mon chapeau aux concepteurs et je leur dis : merci les gars !

 

Comment as-tu découvert Roarockit ?

En cherchant sur Internet ce type d’Ă©quipement, gĂ©nĂ©ralement beaucoup plus lourd et cher


 Sur quoi travailles-tu en ce moment ? Quels sont tes futurs projets ?

J’ai toujours au moins une guitare en chantier, en ce moment une solidbody avec des essences inhabituelles (du Polownia et du Tamarin, entre autres). J’ai Ă©galement mis au point un modĂšle acoustique Cross-over Ă  cordes nylon dont la particularitĂ© est d’ĂȘtre proposĂ© Ă  un tarif compressĂ©, sous une barre symbolique de 2 000 €, ce qui est peu pour une guitare d’artisan fabriquĂ©e comme ses grandes sƓurs qui coĂ»tent au moins le double
 Cette approche, trĂšs militante, qui vise Ă  « dĂ©mocratiser Â» la lutherie artisanale me tient beaucoup Ă  cƓur.

Au titre des projets, il y a aussi la volontĂ© d’introduire le plus possible des essences de bois locaux comme alternative aux essences tropicales qui deviennent chĂšres et compliquĂ©es Ă  utiliser du fait d’une lĂ©gislation trĂšs restrictive. Une approche partagĂ©e par de nombreux luthiers Français.

 Ou peut-on te trouver ? (physiquement si as une boutique ou tous les rĂ©seaux web)

Mon atelier est situĂ© dans le centre de Marseille, 27 boulevard de la Corderie, Ă  deux pas du Vieux Port. J’y accueille les guitaristes avec plaisir, Ă©galement pour les travaux courants de rĂ©paration ou de restauration. Je dispose Ă©galement d’une boutique Reverb, d’un compte instagram et d’une page Pro Facebook. Un site Web est en chantier
 Depuis 2 ans ! Ouais, je sais


 Un dernier commentaire ou une spĂ©ciale dĂ©dicace ? Vas-y c’est ton moment

Eh bien, mĂȘme si c’est pas trop mon genre, je vais faire une spĂ©ciale dĂ©dicace à
 Moi-mĂȘme ! Pour avoir eu le cran de quitter, Ă  plus de 50 balais, un job oĂč je gagnais bien ma vie et de tout investir dans une passion qui est devenue mon mĂ©tier. Avec les incertitudes et les doutes, les cahots financiers, les heures passĂ©es sans compter Ă  l’Ă©tabli, souvent 7 jours sur 7. Pour avoir acquis ces compĂ©tences seule, en me relevant tant de fois aprĂšs m’ĂȘtre cassĂ© la gueule. Pour tout ça, et pour plein d’autres raisons – je dis : bien jouĂ©, mec ! ;=)

 

Shaper of the month : Olivier Martinez

Shaper of the month : Olivier Martinez

  • Commençons par une prĂ©sentation de notre “Shaper of the month”. D’oĂč viens-tu ? Quel Ăąge as-tu ? Que fais-tu dans la vie ? Tes passions ? N’hĂ©site pas Ă  donner les informations que tu souhaites pour te prĂ©senter.

Me prĂ©senter en quelques mots ? Je m’appelle Olivier, j’ai 26 ans, et je suis originaire de Rouen (Montmain plus exactement, mais c’est tellement petit que personne ne connait) ! Actuellement, je travaille sur Paris dans le domaine du digital, en tant qu’UX Designer. C’est en parallĂšle de mes Ă©tudes et de mon travail que j’ai construit mon projet artistique autour du dessin et des boards.

Je consacre Ă©galement beaucoup de mon temps Ă  mon autre passion qui est le sport, et plus particuliĂšrement les sports de glisses (snowboard, bodyboard, longboard et roller). Je lis Ă©galement beaucoup de comics.

  • Comment en es-tu arrivĂ© Ă  un projet autour du dessin et des boards ? Connais-tu ce savoir-faire depuis longtemps ? Avec qui as-tu appris ?

J’ai rĂ©alisĂ© ma premiĂšre board en 2015 ! J’étais encore Ă  la fac Ă  ce moment-lĂ . C’était ma vieille board d’enfance qui trainait chez mes parents. Ma mĂšre voulait s’en dĂ©barrasser car elle ne servait plus, et j’ai eu l’idĂ©e de la poncer et la customiser. J’ai toujours aimĂ© dessiner et c’était l’occasion pour moi de changer de support ! J’ai la chance d’avoir un pĂšre bricoleur et une mĂšre crĂ©ative. La customisation de boards est un joli mixe des deux. J’ai ainsi pu avoir de bons conseils dĂšs le dĂ©but, et j’ai Ă©galement beaucoup appris sur le tas. J’estime ne pas ĂȘtre trop maladroit avec mes mains, ça va ! Avec le temps, je suis devenu de plus en plus habile de mes mains.

  • Quel est ta relation avec le dessin ? Quelles techniques utilises-tu pour dĂ©corer tes planches ?

Je dessine vraiment depuis tout petit ! J’ai dĂ» commencer quand j’étais au CP et je suis vraiment passĂ© par tous les styles : cartoons, graph, rĂ©aliste, etc
 Je me suis d’ailleurs lassĂ© du dessin sur papier Ă  un moment donnĂ©, et le custom m’a permis d’apprĂ©hender de nouveaux horizons. Je me suis ainsi dirigĂ© vers le style comics que j’ai toujours aimĂ© et admirĂ© dans les bandes dessinĂ©es.

Pour rĂ©sumer le processus, la premiĂšre Ă©tape va ĂȘtre de remettre en Ă©tat la board. Je pars de planche qui sont la plupart du temps trĂšs usĂ©es. Il y a donc un gros travail pour dĂ©caper et poncer la surface. L’objectif est d’arriver Ă  obtenir une surface la plus propre possible, ce qui n’est d’ailleurs pas possible pour des boards trop abimĂ©es. Je vais ensuite rĂ©flĂ©chir au motif que je vais dessiner dessus, et prĂ©parer l’ébauche au crayon (les trais principaux, afin d’avoir des repĂšres). Je passe ensuite Ă  la couleur, avec de l’acrylique pour les aplats quand il y en a, et au posca pour personnages/motifs. Une fois satisfait du rendu, je fixe le tout avec du vernis, en pot ou en spray en fonction du rendu attendu. J’aime tenter de nouvelles choses et pouvoir essayer de nouveaux produits.

Ce qui est vraiment important pour moi, c’est la nettetĂ© des couleurs et la prĂ©cision des dĂ©tails. C’est un peu ce qui caractĂ©rise mon style, avec des contours trĂšs marquĂ©s. Cela prend beaucoup de temps mais le rĂ©sultat en vaut la peine !

  • En parlant de comics, quel est ton hĂ©ro favori, ou celui que tu as le plus lu ?

Si je dois en citer un, ça serait Nova, un hĂ©ro issu de l’univers Marvel. Ce n’est pas le plus connu des supers hĂ©ros mais son histoire est vraiment cool ! Sans parler des dessins dans les ouvrages qui sont magnifiques. Je recommande !

  • As-tu un nom d’artiste ? Si oui, a-t-il une signification particuliĂšre ? Une histoire ? Si non, as-tu des idĂ©es pour ton futur?

Mon nom d’artiste est Zetoon, alias Zit. Il vient du surnom que m’a toujours donnĂ© mon pĂšre qui a grandi au Maroc, « Zitoune Â». En arabe, c’est la traduction d’Olive, le surnom que tous mes amis me donnent. Zetoon est donc un mĂ©lange de « the toon Â», prononcer « zi toon Â», comprendre « un personnage de cartoon Â» en anglais et de « Zitoune Â». Zit est simplement une abrĂ©viation que certains de mes proches aiment utiliser.

Par hasard Ă  vrai dire. Je suis abonnĂ© Ă  pas mal de pages orientĂ©es skate sur facebook, et l’une d’entre elle faisait une rĂ©fĂ©rence Ă  Roarockit. J’ai jetĂ© un Ɠil Ă  tout ça et j’ai adorĂ©. Je me suis ensuite dit que ça serait sympa de partager mon travail et ma passion avec la communautĂ© Roarockit.

  • Sur quoi travailles-tu en ce moment ? Quels sont tes futurs projets ?

Je bosse sur pas mal de projets en mĂȘme temps, et j’ai de quoi m’occuper pour minimum les cinq prochaines annĂ©es ! Je travaille en ce moment sur une sĂ©rie de plusieurs boards, qui sont d’ailleurs bientĂŽt finies. La conception de mon site internet, que je dĂ©veloppe avec un ami, est aussi une grosse Ă©tape pour la suite de mes projets. En parallĂšle, j’ai des expositions en cours et Ă  venir, notamment sur Paris et Amsterdam, donc pas mal de choses Ă  prĂ©parer.

Mes principaux objectifs pour le moment sont de continuer Ă  peaufiner mon style et ma technique, et de continuer Ă  produire des planches qui me plaisent et qui me ressemblent. Mon but est de rĂ©aliser une collection de board Ă  mon image. Je veux aussi continuer Ă  ĂȘtre prĂ©sent et Ă©changer lors d’expositions et d’Ă©vĂ©nements artistiques Ă  l’international. Je prends des commandes sur mesure et certaines de mes planches sont Ă  vendre mais ce n’est pas le cƓur de mon activitĂ©.

  • Ou peux-t-on admirer ton travail ? Exposes-tu tes Ɠuvres ?

Ma principale vitrine est Instagram, comme beaucoup d’artistes ! Le nom de mon compte est @Ze.toon, n’hĂ©sitez pas Ă  y faire un tour et Ă  vous abonner si cela vous plait ! Comme je l’ai dit un peu plus tĂŽt, mon site internet va arriver, sur lequel on pourra voir mes rĂ©alisations, mais pas que. Il y aura beaucoup de contenu que sur ma page Instagram actuelle : il y aura des articles de blogs, des conseils, un shop en ligne et des fan zones.

J’expose assez rĂ©guliĂšrement sur Paris, et mes boards sont actuellement au Bauby bar, bar pop culture Ă  cĂŽtĂ© de Bastille. L’exposition dure deux mois, donc n’hĂ©sitez pas Ă  y faire un tour ! Pour voir mes boards, mais pas que : le bar est vraiment super, la dĂ©co est juste extra et l’équipe est au top !

 

  • Un dernier commentaire ou une spĂ©ciale dĂ©dicace ? Vas-y c’est ton moment !

N’hĂ©sitez pas Ă  suivre mon travail, il y a beaucoup de chose qui vont arriver !