Shaper of the month : JF Skateboard

Shaper of the month : JF Skateboard

1- Introduce yourself and your company, what is JF skateboard?

Hello, I’m Joel Meuwly, I’m 32 years old carpenter by trade and craftsman of skateboards/longboards and various furniture but, especially founder of the brand JF-skateboards (J.Family-Skateboards) and shop JF-Skatebaords (Skate & Tattoo) which are the subject of this article đŸ˜‰ .

JF-skateoards is a brand born of a passion for the ride and wood that wants to represent the craft of skateboards / longboards Switzerland first and foremost, but also the promotion of various ride sports such as skate, freestyle scooter, longboards, Pow Surf, Snowscoot and I pass.


2- When did you start this project?

I think it all started in late 2015 with a buddy Frank who is passionate about drawing. We shared a common passion ” skateboarding ” and started thinking about different projects. That’s how the shop JF-Skateboards (Skate & Tattoo) was born in mid-2017 and then at the end of 2020 the brand ” JF-Skateboards ” that I launched with my brother JĂ©rĂ©mie.


3- Why did you create JF skateboard?

About a year later (early 2017) with my buddy Frank who started to move nicely into the world of tattooing we  

We said, but why not try to open a small store that mixes skateboarding and tattooing to end up with a handmade and unique product 100% handmade.
Motivated by the idea, we were able to quickly find a commercial space and start our activity.


4- How did this idea of creating your own decks come about?

That’s when I started looking for boards on the internet and suddenly I came across a site that sold veneer, for me, with my training as a carpenter, it was a no-brainer, I was going to be able to put my ideas into practice.

At that time, I was already making solid wood longboards on my own.

At first it was hot, I was working in a large carpentry company and in the evening we were going to open the shop I had more than Sunday to make the boards.

Very quickly, I understood that I had to make a choice and there was no need to force me. My passion is first and foremost the world of riding.

I went for it.

I threw myself wholeheartedly into my goals, we couldn’t do things by halves if we wanted to see our projects succeed.

I quickly placed orders on this site, I started making my own boards for friends and myself.  

It started to be known and I had my first orders in my circle of friends.

JF-skateboards was primed.


5- How did you hear about Roarockit?

My biggest problem when I started was that I couldn’t find a high quality maple supplier, but finally after some research, I came across the Roarockit website. What a relief, quality, reactivity and always good exchanges when I need information.

Entrepot Roarockit
Roarockit Skateboard Europe

6- Where can we find you ? Where do you sell your products?

Currently, you can find all our products in our store JF-skateboards (skate and Tattoo) at Rue du Marché 16, 1820 Montreux Switzerland.

As well as on our e-shop JF-skateboard in which we deliver on order in all Europe.
 For more information, we also have an Instagram JF_skateboards.

7- What are your future projects?

My brother Jeremie joined the adventure in mid-2020 we are developing a sport store side, a visibility on the web and we have just registered the brand JF-Skateboards, the future projects for us would be to evolve this brand that will always remain handcrafted products regarding the wood and at the same time attack the whole universe of the ride. We are currently on a project of Pow surf we already offer the possibility of pyrography and customize all our decks and in a short time you may see a world premiere, we do not say more for the moment, but 2021 reserves beautiful surprises.

Shaper of the month : L’Artisan du Skateboard.

Shaper of the month : L’Artisan du Skateboard.

Ce mois-ci on vous prĂ©sente Franck, un skateur qui a crĂ©Ă© sa marque de planche de skate L’Artisan du skateboard.

Je vous laisse le dĂ©couvrir avec nous 😉

Salut Franck,

1- Peux-tu te présenter ainsi que ton entreprise?

artisan du skate

Je m’appelle Franck , j’ai 42 ans et je vis Ă  Metz en France . 

Je skate toujours depuis 1987.

Mon entreprise est l’artisan du skateboard.

Je fabrique des skateboards et des longboards de façon artisanale dans le respect du travail manuel.

Je crois au dĂ©veloppement d’un marchĂ© du skateboard français et je soutiens les skateurs locaux .

2- Quand as-tu commencé la création de ta marque ?

J’ai commencĂ© Ă  presser mes premiĂšres boards en Mars 2020 pendant le confinement, je suis toujours en phase de crĂ©ation car les choses Ă©voluent vite.

3- Que représente ton logo ?

Mon logo est composĂ© d’un crĂąne d’une croix, car ce sont des classiques dans le skateboard.

La Croix est montĂ©e d’un truck ce qui reprĂ©sente La croix de Lorraine.

4- Comment as-tu appris Ă  fabriquer des skates ?

Les premiers Ă©taient en DIY avec des presses en bĂ©ton …

Ce n’était pas satisfaisant ! 

J’ai suivi une formation avec Roarockit sur plusieurs jours qui m’a permis de synthĂ©tiser ce que j’avais appris .

5- Quels matériaux utilises-tu lors de la fabrication de tes skates ?

J’utilise des plis d’érable canadien pour les skateboards et parfois du bambou pour les longboards.

6- Comment Roarockit t’aide lors de ces rĂ©alisations ?

Le bois proposĂ© est toujours de qualitĂ©, les packs de 10 decks sont trĂšs avantageux . J’apprĂ©cie les conseils techniques de Sarah et Nico quand j’ai une question.

7- Quels procédés utilises-tu ? (presses,
.)

J’utilise principalement les presses “thin air press” de Roarockit et une presse custom que j’ai fabriquĂ©.

8- Comment choisis-tu le design de tes decks ?

Ma prioritĂ© est de proposer des planches avec un bon pop et une bonne robustesse. 

Pour le design en soi, je privilĂ©gie le black work car je sĂ©rigraphie en monochrome pour l’instant.

9- Quels sont tes projets futurs ?

Je vais travailler sur la sĂ©rigraphie et peut ĂȘtre m’équiper d’une presse Ă  transfert.

Continuer Ă  produire toujours mieux !

10- OĂč pouvons-nous te retrouver ? ( lieu, site internet, rĂ©seaux 
)

Vous pouvez retrouver tous ses réseaux sociaux ci-dessous.


11- DerniÚre petite question as-tu une anecdote ou un idée à nous partager?

Peu importe si tu as du niveau ou pas, l’important c’est de skater ! 

Merci de soutenir des artisans locaux !

Shaper Of The Month : Yaxxine

Shaper Of The Month : Yaxxine

  • Commençons par une prĂ©sentation de notre “Shaper of the month”. D’oĂč viens-tu ? Quel Ăąge as-tu ? Que fais-tu dans la vie ? Tes passions ?  

Je m’appelle Yassine Alioualla, je suis originaire du Maroc oĂč j’ai grandi, Ă©tudiĂ© et travaillĂ© jusqu’à l’Ăąge de 27 ans. Je vis Ă  Toulouse depuis 9 ans et je travaille en tant que professeur de graphisme 3D et artiste 3D pour les jeux vidĂ©o et le cinĂ©ma d’animation. PassionnĂ© de glisse depuis tout jeune, mais depuis quelques annĂ©es, je me suis consacrĂ© au Surfskate et au Surf. Je suis aussi crĂ©ateur de contenu Instagram sous ne nom de Yaxxine. Et enfin, en 2019, j’ai crĂ©Ă© la premiĂšre marque française de deck spĂ©cialement conçus pour le surfskate, Flatdays Boards, grĂące au Pro Kit de Roarockit.

  • Qu’est-ce que le surfskate ?

Le Surfskate est une discipline qui a Ă©tĂ© crĂ©Ă© par des californiens durant les annĂ©es 90, pour s’approcher au mieux des sensation du surf. Le surfskate est souvent connu par des trucks avant singuliers, qui ajoutent le plus souvent une articulation supplĂ©mentaire afin de libĂ©rer le mouvement de l’avant de la planche, tandis que l’arriĂšre garde des trucks classiques plus rigides un peu comme des dĂ©rives.

  • Depuis combien de temps as-tu commencĂ© le travail du bois ? Connais-tu ce savoir-faire depuis longtemps ?

Mon grand pĂšre est menuisier. DĂšs l’ñge de 10 ans,mes parents me forçaient un peu Ă  y aller pour apprendre un mĂ©tier manuel. C’est un peu la tradition dans la famille. J’y passais donc une grande partie de mes vacances scolaires. Ayant pris goĂ»t au travail du bois, j’ai fini par rejoindre mes oncles qui sont Ă©bĂ©nistes en ajoutant une dimension numĂ©rique Ă  leur travail. Ce qui m’a permis de faire le lien entre le monde manuel du bois, et le monde de la crĂ©ation digitale.

Quel est ta relation avec le bois Canadien ? Est-ce une nouveautĂ© pour toi de travailler  ce type de bois ?

Le bois canadien est un excellent matĂ©riaux pour faire des skateboards. Sa durabilitĂ© est exemplaire, et il est trĂšs facile Ă  replanter. Ce qui en fait une ressource quasi inĂ©puisable. C’est donc bon pour lĂ©cologie.

Comment as-tu choisi le nom “Flatdays Boards” ? A-t-il une signification particuliùre ? Une histoire ?

Le surfskate est un complĂ©ment devenu indispensable au surf, c’est pour cette raison qu’on essaie de s’entraĂźner dĂšs que possible, par exemple durant les flat days, littĂ©ralement en anglais : jours plats, le nom qu’on donne aux jours oĂč il n’y a pas de vagues. Du coup, quand c’est un flat day, on sort sa Flatdays Board. “wink wink”.

  • Utilises-tu les technologies Roarockit ? Te sont-elles utiles au quotidien ?

J’utilise le Pro Kit qui me permet une libertĂ© et une rapiditĂ© de crĂ©ation incommensurables. Le fait de pouvoir shaper son moule en moins d’une heure, et pouvoir le rĂ©utiliser des dizaines de fois est rĂ©volutionnaire. Cela dit, chaque moule rĂ©alisĂ© a nĂ©cessitĂ© plusieurs semaines de conception.

AprĂšs plusieurs annĂ©es de ride, et une collection consĂ©quente de boards, j’ai commencĂ© Ă  rechercher des caractĂ©ristiques bien prĂ©cises sur les planches. Malheureusement, il est quasi impossible de trouver tout ce qu’on recherche dans une planche d’usine. J’ai commencĂ© Ă  m’informer sur la crĂ©ation de moule en bois. Je me suis trĂšs vite rendu compte que ça demandait Ă©normĂ©ment de temps de conception et de rĂ©alisation, et aussi de place de stockage. Je suis tombĂ© par hasard Sur les vidĂ©o de Marcel et Nico, et ça a changĂ© ma vie.

  • Tu es Ă©galement professeur en 3D et design. As-tu utilisĂ© ton savoir faire/logiciels pour t’aider Ă  crĂ©er ta board custom ?

Avant de commencer directement Ă  shaper, j’ai passĂ© plusieurs semaines Ă  dĂ©velopper mon premier shape. Tout d’abord en 2D, sur Illustrator, puis en 3D sur 3D Studio Max (un logiciel de crĂ©ation en 3 dimensions). Cela m’a permis de faire un nombre important d’itĂ©rations, avant de bloquer un shape de base. L’intĂ©rĂȘt est de visualiser dans un espace virtuel, le shape et ses caractĂ©ristiques : Wheelbase, concave, kick, nose, wheel wells etc.

Sur quoi travailles-tu en ce moment ? Quels sont tes futurs projets ?

Pour l’instant, j’ai quelques commandes en cours de certains passionnĂ©s de surfskate. Plus tard, mon objectif est d’aider Ă  dĂ©mocratiser la discipline encore mĂ©connue, malgrĂ© une popularitĂ© de plus en plus importante.

  • Un dernier commentaire ou une spĂ©ciale dĂ©dicace ? Vas-y c’est ton moment !

Je voudrais remercier ma femme qui me soutient depuis le dĂ©but de l’aventure. En tant que crĂ©ateur de contenu instagram, avoir une aussi talentueuse photographe sous la main et une bĂ©nĂ©diction.

Shaper of the Month : MojoBoxGuitars

Shaper of the Month : MojoBoxGuitars

Nous continuons notre tour du monde incroyable des Shaper Roarockit. Et comme vous le savez, nos kits ne servent pas qu’Ă  fabriquer des skate. Alors aprĂšs avoir dĂ©couvert Aled sur notre page instagram , fabricant de stylos avec nos chutes de matiĂšres premiĂšres, c’est au tour de MojoBoxGuitars alias Pierre Marc Martelli qui utilise la technologie Roarockit pour fabriquer des guitares absolument sublimes. Nous vous souhaitons une belle dĂ©couverte 🙂

 

Commençons par une prĂ©sentation de notre “Shaper of the month”. D’oĂč viens-tu ? Quel Ăąge as-tu ? Que fais-tu dans la vie ? Tes passions ?

J’ai 56 ans. Je suis mĂ©diterranĂ©en et mes racines sont ici, mĂȘme si j’ai passĂ© mon enfance en rĂ©gion parisienne. La lutherie est ma seconde vie professionnelle, car j’ai travaillĂ© pendant une trentaine d’annĂ©es dans le Design graphique et l’illustration. J’ai commencĂ© par bricoler mes propres guitares, puis celles des copains, puis j’ai construit une Archtop Jazz – un peu le summum de la lutherie guitare : une rĂ©vĂ©lation ! J’Ă©tais complĂštement envoĂ»tĂ© : je ne pensais plus qu’Ă  ça, au bois, au son, aux formes
 Ça ne m’a jamais quittĂ©, je m’endors en pensant Guitare et j’y pense toute la journĂ©e ! J’ai rĂ©alisĂ© un rĂȘve, avec le sentiment que tout ce que j’ai fait prĂ©cĂ©demment n’Ă©tait que le prĂ©ambule d’aujourd’hui. Bref, c’est le pied


 Depuis combien de temps as-tu commencĂ© le travail du bois ? Connais-tu ce savoir-faire depuis longtemps ?

Je ne connaissais quasiment rien au bois avant de me passionner pour la lutherie, mais c’est une matiĂšre avec laquelle j’ai Ă©tĂ© instantanĂ©ment en connexion. Travailler le bois ne m’a jamais semblĂ© compliquĂ© – mĂȘme s’il faut savoir apprivoiser certaines essences. Maintenant, il m’arrive frĂ©quemment de regarder un arbre ou un meuble en y voyant les guitares qu’il contient ! Et j’ai plaisir Ă  retrouver certains arbres comme on retrouve de vieux copains.

 Comment en es-tu arrivĂ© Ă  fabriquer des guitares ?

Pour ĂȘtre luthier, il faut Ă  mon avis trois qualitĂ©s : aimer la musique, aimer le bois et aimer les musiciens. C’Ă©tait mon cas. La lutherie m’a aussi enseignĂ© quelques vertus comme la patience, l’Ă©coute (du client guitariste) ou encore l’humilitĂ© face aux inĂ©vitables erreurs, car je ne connais pas d’artisan qui n’en fait pas, il y a tellement de compĂ©tences Ă  maĂźtriser. Construire des instruments est complexe, incertain, parfois frustrant. Mais la plupart du temps, c’est puissamment gratifiant ! Aujourd’hui, je ne vois vraiment pas ce que pourrais faire d’autre


 

 

 Quel sorte de bois utilises-tu pour fabriquer tes guitares ?

On distingue les bois de la lutherie acoustique et ceux de la lutherie Ă©lectrique. Mais ils ont en commun d’ĂȘtre des bois de « raisonnance Â» : Les Ă©picĂ©as, Red Cedar, palissandre, acajou, Ă©bĂšne sont des bois traditionnellement utilisĂ©s dans la lutherie acoustique. Le frĂȘne, le tilleul, le noyer, l’Ă©rable sont davantage choisis pour les Ă©lectriques, car il faut combiner leurs qualitĂ©s acoustiques et mĂ©caniques. Mais je cherche sans cesse de nouvelles essences Ă  essayer
 Ou d’autres matĂ©riaux.

 Comment as-tu choisi le nom “MojoBoxGuitars” ? A-t-il une signification particuliĂšre ? Une histoire ? 

Ahh, bonne question ! Le Mojo est une qualitĂ© et
 Un truc intraduisible ! Le Mojo est au musicien ce que le Groove ou le Swing sont Ă  la musique : une Ă©nergie, un feeling qu’il FAUT avoir sinon c’est pas la peine ! Comme je suis un grand fan de Blues, il Ă©tait certain qu’il me fallait du Mojo
 La Box, c’est le nom que JB Lenoir – un immense Bluesman – donnait Ă  sa guitare (Ă©coutez I Feel So Good). Un jour j’ai fait un + un et j’ai trouvĂ© Mojo Box Guitars, des « boĂźtes Ă  Mojo Â» : l’objectif de toutes mes grattes !

 

 

 Utilises-tu les technologies Roarockit ? Te sont-elles utiles au quotidien ?

J’utilise un kit Thin Air Press TAP 26 et je peux dire sans exagĂ©rer que ça change ma vie ! Les collages, en lutherie, sont souvent prĂ©cis, d’accĂšs complexes, sur des formes compliquĂ©e. On doit coller des piĂšces fragiles (les barrages, par exemple) sur d’autres piĂšces dĂ©licates : coller sous vide permet d’optimiser les pressions Ă  exercer tout en gĂ©rant des galbes et des Ă©paisseurs diffĂ©rentes. Idem pour le collage de plaquages de bois sur des formes torturĂ©es, par exemple.

Tout ça avec une poche sous vide une simple pompe manuelle : je tire mon chapeau aux concepteurs et je leur dis : merci les gars !

 

Comment as-tu découvert Roarockit ?

En cherchant sur Internet ce type d’Ă©quipement, gĂ©nĂ©ralement beaucoup plus lourd et cher


 Sur quoi travailles-tu en ce moment ? Quels sont tes futurs projets ?

J’ai toujours au moins une guitare en chantier, en ce moment une solidbody avec des essences inhabituelles (du Polownia et du Tamarin, entre autres). J’ai Ă©galement mis au point un modĂšle acoustique Cross-over Ă  cordes nylon dont la particularitĂ© est d’ĂȘtre proposĂ© Ă  un tarif compressĂ©, sous une barre symbolique de 2 000 €, ce qui est peu pour une guitare d’artisan fabriquĂ©e comme ses grandes sƓurs qui coĂ»tent au moins le double
 Cette approche, trĂšs militante, qui vise Ă  « dĂ©mocratiser Â» la lutherie artisanale me tient beaucoup Ă  cƓur.

Au titre des projets, il y a aussi la volontĂ© d’introduire le plus possible des essences de bois locaux comme alternative aux essences tropicales qui deviennent chĂšres et compliquĂ©es Ă  utiliser du fait d’une lĂ©gislation trĂšs restrictive. Une approche partagĂ©e par de nombreux luthiers Français.

 Ou peut-on te trouver ? (physiquement si as une boutique ou tous les rĂ©seaux web)

Mon atelier est situĂ© dans le centre de Marseille, 27 boulevard de la Corderie, Ă  deux pas du Vieux Port. J’y accueille les guitaristes avec plaisir, Ă©galement pour les travaux courants de rĂ©paration ou de restauration. Je dispose Ă©galement d’une boutique Reverb, d’un compte instagram et d’une page Pro Facebook. Un site Web est en chantier
 Depuis 2 ans ! Ouais, je sais


 Un dernier commentaire ou une spĂ©ciale dĂ©dicace ? Vas-y c’est ton moment

Eh bien, mĂȘme si c’est pas trop mon genre, je vais faire une spĂ©ciale dĂ©dicace à
 Moi-mĂȘme ! Pour avoir eu le cran de quitter, Ă  plus de 50 balais, un job oĂč je gagnais bien ma vie et de tout investir dans une passion qui est devenue mon mĂ©tier. Avec les incertitudes et les doutes, les cahots financiers, les heures passĂ©es sans compter Ă  l’Ă©tabli, souvent 7 jours sur 7. Pour avoir acquis ces compĂ©tences seule, en me relevant tant de fois aprĂšs m’ĂȘtre cassĂ© la gueule. Pour tout ça, et pour plein d’autres raisons – je dis : bien jouĂ©, mec ! ;=)

 

Shaper of the month : Olivier Martinez

Shaper of the month : Olivier Martinez

  • Commençons par une prĂ©sentation de notre “Shaper of the month”. D’oĂč viens-tu ? Quel Ăąge as-tu ? Que fais-tu dans la vie ? Tes passions ? N’hĂ©site pas Ă  donner les informations que tu souhaites pour te prĂ©senter.

Me prĂ©senter en quelques mots ? Je m’appelle Olivier, j’ai 26 ans, et je suis originaire de Rouen (Montmain plus exactement, mais c’est tellement petit que personne ne connait) ! Actuellement, je travaille sur Paris dans le domaine du digital, en tant qu’UX Designer. C’est en parallĂšle de mes Ă©tudes et de mon travail que j’ai construit mon projet artistique autour du dessin et des boards.

Je consacre Ă©galement beaucoup de mon temps Ă  mon autre passion qui est le sport, et plus particuliĂšrement les sports de glisses (snowboard, bodyboard, longboard et roller). Je lis Ă©galement beaucoup de comics.

  • Comment en es-tu arrivĂ© Ă  un projet autour du dessin et des boards ? Connais-tu ce savoir-faire depuis longtemps ? Avec qui as-tu appris ?

J’ai rĂ©alisĂ© ma premiĂšre board en 2015 ! J’étais encore Ă  la fac Ă  ce moment-lĂ . C’était ma vieille board d’enfance qui trainait chez mes parents. Ma mĂšre voulait s’en dĂ©barrasser car elle ne servait plus, et j’ai eu l’idĂ©e de la poncer et la customiser. J’ai toujours aimĂ© dessiner et c’était l’occasion pour moi de changer de support ! J’ai la chance d’avoir un pĂšre bricoleur et une mĂšre crĂ©ative. La customisation de boards est un joli mixe des deux. J’ai ainsi pu avoir de bons conseils dĂšs le dĂ©but, et j’ai Ă©galement beaucoup appris sur le tas. J’estime ne pas ĂȘtre trop maladroit avec mes mains, ça va ! Avec le temps, je suis devenu de plus en plus habile de mes mains.

  • Quel est ta relation avec le dessin ? Quelles techniques utilises-tu pour dĂ©corer tes planches ?

Je dessine vraiment depuis tout petit ! J’ai dĂ» commencer quand j’étais au CP et je suis vraiment passĂ© par tous les styles : cartoons, graph, rĂ©aliste, etc
 Je me suis d’ailleurs lassĂ© du dessin sur papier Ă  un moment donnĂ©, et le custom m’a permis d’apprĂ©hender de nouveaux horizons. Je me suis ainsi dirigĂ© vers le style comics que j’ai toujours aimĂ© et admirĂ© dans les bandes dessinĂ©es.

Pour rĂ©sumer le processus, la premiĂšre Ă©tape va ĂȘtre de remettre en Ă©tat la board. Je pars de planche qui sont la plupart du temps trĂšs usĂ©es. Il y a donc un gros travail pour dĂ©caper et poncer la surface. L’objectif est d’arriver Ă  obtenir une surface la plus propre possible, ce qui n’est d’ailleurs pas possible pour des boards trop abimĂ©es. Je vais ensuite rĂ©flĂ©chir au motif que je vais dessiner dessus, et prĂ©parer l’ébauche au crayon (les trais principaux, afin d’avoir des repĂšres). Je passe ensuite Ă  la couleur, avec de l’acrylique pour les aplats quand il y en a, et au posca pour personnages/motifs. Une fois satisfait du rendu, je fixe le tout avec du vernis, en pot ou en spray en fonction du rendu attendu. J’aime tenter de nouvelles choses et pouvoir essayer de nouveaux produits.

Ce qui est vraiment important pour moi, c’est la nettetĂ© des couleurs et la prĂ©cision des dĂ©tails. C’est un peu ce qui caractĂ©rise mon style, avec des contours trĂšs marquĂ©s. Cela prend beaucoup de temps mais le rĂ©sultat en vaut la peine !

  • En parlant de comics, quel est ton hĂ©ro favori, ou celui que tu as le plus lu ?

Si je dois en citer un, ça serait Nova, un hĂ©ro issu de l’univers Marvel. Ce n’est pas le plus connu des supers hĂ©ros mais son histoire est vraiment cool ! Sans parler des dessins dans les ouvrages qui sont magnifiques. Je recommande !

  • As-tu un nom d’artiste ? Si oui, a-t-il une signification particuliĂšre ? Une histoire ? Si non, as-tu des idĂ©es pour ton futur?

Mon nom d’artiste est Zetoon, alias Zit. Il vient du surnom que m’a toujours donnĂ© mon pĂšre qui a grandi au Maroc, « Zitoune Â». En arabe, c’est la traduction d’Olive, le surnom que tous mes amis me donnent. Zetoon est donc un mĂ©lange de « the toon Â», prononcer « zi toon Â», comprendre « un personnage de cartoon Â» en anglais et de « Zitoune Â». Zit est simplement une abrĂ©viation que certains de mes proches aiment utiliser.

Par hasard Ă  vrai dire. Je suis abonnĂ© Ă  pas mal de pages orientĂ©es skate sur facebook, et l’une d’entre elle faisait une rĂ©fĂ©rence Ă  Roarockit. J’ai jetĂ© un Ɠil Ă  tout ça et j’ai adorĂ©. Je me suis ensuite dit que ça serait sympa de partager mon travail et ma passion avec la communautĂ© Roarockit.

  • Sur quoi travailles-tu en ce moment ? Quels sont tes futurs projets ?

Je bosse sur pas mal de projets en mĂȘme temps, et j’ai de quoi m’occuper pour minimum les cinq prochaines annĂ©es ! Je travaille en ce moment sur une sĂ©rie de plusieurs boards, qui sont d’ailleurs bientĂŽt finies. La conception de mon site internet, que je dĂ©veloppe avec un ami, est aussi une grosse Ă©tape pour la suite de mes projets. En parallĂšle, j’ai des expositions en cours et Ă  venir, notamment sur Paris et Amsterdam, donc pas mal de choses Ă  prĂ©parer.

Mes principaux objectifs pour le moment sont de continuer Ă  peaufiner mon style et ma technique, et de continuer Ă  produire des planches qui me plaisent et qui me ressemblent. Mon but est de rĂ©aliser une collection de board Ă  mon image. Je veux aussi continuer Ă  ĂȘtre prĂ©sent et Ă©changer lors d’expositions et d’Ă©vĂ©nements artistiques Ă  l’international. Je prends des commandes sur mesure et certaines de mes planches sont Ă  vendre mais ce n’est pas le cƓur de mon activitĂ©.

  • Ou peux-t-on admirer ton travail ? Exposes-tu tes Ɠuvres ?

Ma principale vitrine est Instagram, comme beaucoup d’artistes ! Le nom de mon compte est @Ze.toon, n’hĂ©sitez pas Ă  y faire un tour et Ă  vous abonner si cela vous plait ! Comme je l’ai dit un peu plus tĂŽt, mon site internet va arriver, sur lequel on pourra voir mes rĂ©alisations, mais pas que. Il y aura beaucoup de contenu que sur ma page Instagram actuelle : il y aura des articles de blogs, des conseils, un shop en ligne et des fan zones.

J’expose assez rĂ©guliĂšrement sur Paris, et mes boards sont actuellement au Bauby bar, bar pop culture Ă  cĂŽtĂ© de Bastille. L’exposition dure deux mois, donc n’hĂ©sitez pas Ă  y faire un tour ! Pour voir mes boards, mais pas que : le bar est vraiment super, la dĂ©co est juste extra et l’équipe est au top !

 

  • Un dernier commentaire ou une spĂ©ciale dĂ©dicace ? Vas-y c’est ton moment !

N’hĂ©sitez pas Ă  suivre mon travail, il y a beaucoup de chose qui vont arriver !