Shaper Of The Month – Yaxxine

Shaper Of The Month – Yaxxine

  • Commençons par une présentation de notre “Shaper of the month”. D’où viens-tu ? Quel âge as-tu ? Que fais-tu dans la vie ? Tes passions ?  

Je m’appelle Yassine Alioualla, je suis originaire du Maroc où j’ai grandi, étudié et travaillé jusqu’à l’âge de 27 ans. Je vis à Toulouse depuis 9 ans et je travaille en tant que professeur de graphisme 3D et artiste 3D pour les jeux vidéo et le cinéma d’animation. Passionné de glisse depuis tout jeune, mais depuis quelques années, je me suis consacré au Surfskate et au Surf. Je suis aussi créateur de contenu Instagram sous ne nom de Yaxxine. Et enfin, en 2019, j’ai créé la première marque française de deck spécialement conçus pour le surfskate, Flatdays Boards, grâce au Pro Kit de Roarockit.

  • Qu’est-ce que le surfskate ?

Le Surfskate est une discipline qui a été créé par des californiens durant les années 90, pour s’approcher au mieux des sensation du surf. Le surfskate est souvent connu par des trucks avant singuliers, qui ajoutent le plus souvent une articulation supplémentaire afin de libérer le mouvement de l’avant de la planche, tandis que l’arrière garde des trucks classiques plus rigides un peu comme des dérives.

  • Depuis combien de temps as-tu commencé le travail du bois ? Connais-tu ce savoir-faire depuis longtemps ?

Mon grand père est menuisier. Dès l’âge de 10 ans,mes parents me forçaient un peu à y aller pour apprendre un métier manuel. C’est un peu la tradition dans la famille. J’y passais donc une grande partie de mes vacances scolaires. Ayant pris goût au travail du bois, j’ai fini par rejoindre mes oncles qui sont ébénistes en ajoutant une dimension numérique à leur travail. Ce qui m’a permis de faire le lien entre le monde manuel du bois, et le monde de la création digitale.

Quel est ta relation avec le bois Canadien ? Est-ce une nouveauté pour toi de travailler  ce type de bois ?

Le bois canadien est un excellent matériaux pour faire des skateboards. Sa durabilité est exemplaire, et il est très facile à replanter. Ce qui en fait une ressource quasi inépuisable. C’est donc bon pour lécologie.

Comment as-tu choisi le nom “Flatdays Boards” ? A-t-il une signification particulière ? Une histoire ?

Le surfskate est un complément devenu indispensable au surf, c’est pour cette raison qu’on essaie de s’entraîner dès que possible, par exemple durant les flat days, littéralement en anglais : jours plats, le nom qu’on donne aux jours où il n’y a pas de vagues. Du coup, quand c’est un flat day, on sort sa Flatdays Board. “wink wink”.

  • Utilises-tu les technologies Roarockit ? Te sont-elles utiles au quotidien ?

J’utilise le Pro Kit qui me permet une liberté et une rapidité de création incommensurables. Le fait de pouvoir shaper son moule en moins d’une heure, et pouvoir le réutiliser des dizaines de fois est révolutionnaire. Cela dit, chaque moule réalisé a nécessité plusieurs semaines de conception.

Après plusieurs années de ride, et une collection conséquente de boards, j’ai commencé à rechercher des caractéristiques bien précises sur les planches. Malheureusement, il est quasi impossible de trouver tout ce qu’on recherche dans une planche d’usine. J’ai commencé à m’informer sur la création de moule en bois. Je me suis très vite rendu compte que ça demandait énormément de temps de conception et de réalisation, et aussi de place de stockage. Je suis tombé par hasard Sur les vidéo de Marcel et Nico, et ça a changé ma vie.

  • Tu es également professeur en 3D et design. As-tu utilisé ton savoir faire/logiciels pour t’aider à créer ta board custom ?

Avant de commencer directement à shaper, j’ai passé plusieurs semaines à développer mon premier shape. Tout d’abord en 2D, sur Illustrator, puis en 3D sur 3D Studio Max (un logiciel de création en 3 dimensions). Cela m’a permis de faire un nombre important d’itérations, avant de bloquer un shape de base. L’intérêt est de visualiser dans un espace virtuel, le shape et ses caractéristiques : Wheelbase, concave, kick, nose, wheel wells etc.

Sur quoi travailles-tu en ce moment ? Quels sont tes futurs projets ?

Pour l’instant, j’ai quelques commandes en cours de certains passionnés de surfskate. Plus tard, mon objectif est d’aider à démocratiser la discipline encore méconnue, malgré une popularité de plus en plus importante.

  • Un dernier commentaire ou une spéciale dédicace ? Vas-y c’est ton moment !

Je voudrais remercier ma femme qui me soutient depuis le début de l’aventure. En tant que créateur de contenu instagram, avoir une aussi talentueuse photographe sous la main et une bénédiction.

Shaper of the Month – MojoBoxGuitars

Shaper of the Month – MojoBoxGuitars

Nous continuons notre tour du monde incroyable des Shaper Roarockit. Et comme vous le savez, nos kits ne servent pas qu’à fabriquer des skate. Alors après avoir découvert Aled sur notre page instagram , fabricant de stylos avec nos chutes de matières premières, c’est au tour de MojoBoxGuitars alias Pierre Marc Martelli qui utilise la technologie Roarockit pour fabriquer des guitares absolument sublimes. Nous vous souhaitons une belle découverte 🙂

 

Commençons par une présentation de notre “Shaper of the month”. D’où viens-tu ? Quel âge as-tu ? Que fais-tu dans la vie ? Tes passions ?

J’ai 56 ans. Je suis méditerranéen et mes racines sont ici, même si j’ai passé mon enfance en région parisienne. La lutherie est ma seconde vie professionnelle, car j’ai travaillé pendant une trentaine d’années dans le Design graphique et l’illustration. J’ai commencé par bricoler mes propres guitares, puis celles des copains, puis j’ai construit une Archtop Jazz – un peu le summum de la lutherie guitare : une révélation ! J’étais complètement envoûté : je ne pensais plus qu’à ça, au bois, au son, aux formes… Ça ne m’a jamais quitté, je m’endors en pensant Guitare et j’y pense toute la journée ! J’ai réalisé un rêve, avec le sentiment que tout ce que j’ai fait précédemment n’était que le préambule d’aujourd’hui. Bref, c’est le pied…

Depuis combien de temps as-tu commencé le travail du bois ? Connais-tu ce savoir-faire depuis longtemps ?

Je ne connaissais quasiment rien au bois avant de me passionner pour la lutherie, mais c’est une matière avec laquelle j’ai été instantanément en connexion. Travailler le bois ne m’a jamais semblé compliqué – même s’il faut savoir apprivoiser certaines essences. Maintenant, il m’arrive fréquemment de regarder un arbre ou un meuble en y voyant les guitares qu’il contient ! Et j’ai plaisir à retrouver certains arbres comme on retrouve de vieux copains.

Comment en es-tu arrivé à fabriquer des guitares ?

Pour être luthier, il faut à mon avis trois qualités : aimer la musique, aimer le bois et aimer les musiciens. C’était mon cas. La lutherie m’a aussi enseigné quelques vertus comme la patience, l’écoute (du client guitariste) ou encore l’humilité face aux inévitables erreurs, car je ne connais pas d’artisan qui n’en fait pas, il y a tellement de compétences à maîtriser. Construire des instruments est complexe, incertain, parfois frustrant. Mais la plupart du temps, c’est puissamment gratifiant ! Aujourd’hui, je ne vois vraiment pas ce que pourrais faire d’autre…

 

 

Quel sorte de bois utilises-tu pour fabriquer tes guitares ?

On distingue les bois de la lutherie acoustique et ceux de la lutherie électrique. Mais ils ont en commun d’être des bois de « raisonnance » : Les épicéas, Red Cedar, palissandre, acajou, ébène sont des bois traditionnellement utilisés dans la lutherie acoustique. Le frêne, le tilleul, le noyer, l’érable sont davantage choisis pour les électriques, car il faut combiner leurs qualités acoustiques et mécaniques. Mais je cherche sans cesse de nouvelles essences à essayer… Ou d’autres matériaux.

Comment as-tu choisi le nom “MojoBoxGuitars” ? A-t-il une signification particulière ? Une histoire ? 

Ahh, bonne question ! Le Mojo est une qualité et… Un truc intraduisible ! Le Mojo est au musicien ce que le Groove ou le Swing sont à la musique : une énergie, un feeling qu’il FAUT avoir sinon c’est pas la peine ! Comme je suis un grand fan de Blues, il était certain qu’il me fallait du Mojo… La Box, c’est le nom que JB Lenoir – un immense Bluesman – donnait à sa guitare (écoutez I Feel So Good). Un jour j’ai fait un + un et j’ai trouvé Mojo Box Guitars, des « boîtes à Mojo » : l’objectif de toutes mes grattes !

 

 

Utilises-tu les technologies Roarockit ? Te sont-elles utiles au quotidien ?

J’utilise un kit Thin Air Press TAP 26 et je peux dire sans exagérer que ça change ma vie ! Les collages, en lutherie, sont souvent précis, d’accès complexes, sur des formes compliquée. On doit coller des pièces fragiles (les barrages, par exemple) sur d’autres pièces délicates : coller sous vide permet d’optimiser les pressions à exercer tout en gérant des galbes et des épaisseurs différentes. Idem pour le collage de plaquages de bois sur des formes torturées, par exemple.

Tout ça avec une poche sous vide une simple pompe manuelle : je tire mon chapeau aux concepteurs et je leur dis : merci les gars !

 

Comment as-tu découvert Roarockit ?

En cherchant sur Internet ce type d’équipement, généralement beaucoup plus lourd et cher…

Sur quoi travailles-tu en ce moment ? Quels sont tes futurs projets ?

J’ai toujours au moins une guitare en chantier, en ce moment une solidbody avec des essences inhabituelles (du Polownia et du Tamarin, entre autres). J’ai également mis au point un modèle acoustique Cross-over à cordes nylon dont la particularité est d’être proposé à un tarif compressé, sous une barre symbolique de 2 000 €, ce qui est peu pour une guitare d’artisan fabriquée comme ses grandes sœurs qui coûtent au moins le double… Cette approche, très militante, qui vise à « démocratiser » la lutherie artisanale me tient beaucoup à cœur.

Au titre des projets, il y a aussi la volonté d’introduire le plus possible des essences de bois locaux comme alternative aux essences tropicales qui deviennent chères et compliquées à utiliser du fait d’une législation très restrictive. Une approche partagée par de nombreux luthiers Français.

Ou peut-on te trouver ? (physiquement si as une boutique ou tous les réseaux web)

Mon atelier est situé dans le centre de Marseille, 27 boulevard de la Corderie, à deux pas du Vieux Port. J’y accueille les guitaristes avec plaisir, également pour les travaux courants de réparation ou de restauration. Je dispose également d’une boutique Reverb, d’un compte instagram et d’une page Pro Facebook. Un site Web est en chantier… Depuis 2 ans ! Ouais, je sais…

Un dernier commentaire ou une spéciale dédicace ? Vas-y c’est ton moment

Eh bien, même si c’est pas trop mon genre, je vais faire une spéciale dédicace à… Moi-même ! Pour avoir eu le cran de quitter, à plus de 50 balais, un job où je gagnais bien ma vie et de tout investir dans une passion qui est devenue mon métier. Avec les incertitudes et les doutes, les cahots financiers, les heures passées sans compter à l’établi, souvent 7 jours sur 7. Pour avoir acquis ces compétences seule, en me relevant tant de fois après m’être cassé la gueule. Pour tout ça, et pour plein d’autres raisons – je dis : bien joué, mec ! ;=)

 

Shaper of the month : Laurent Buffet – Eighty Five

Shaper of the month : Laurent Buffet – Eighty Five

Ça glisse, ça roule pour Eighty Five ! Nous avons le plaisir de vous présenter ce mois-ci Laurent, shaper Vendéen et créateur de Eighty Five. Voici son interview :

  • Commençons par une présentation de notre “Shaper of the month”. D’où viens-tu ? Quel âge as-tu ? Que fais-tu dans la vie ? Tes passions ? N’hésite pas à donner les informations que tu souhaites pour te présenter.

Laurent, un jeune homme de 54 ans. Fabrication de mon premier skate à 14 ans. Avoir un papa menuisier avec un atelier très équipé aide beaucoup ! Menuisier moi-même, je suis revenu à mes premiers amours après avoir évolué dans le monde du nautisme. Je fabrique également des surfs, toujours en bois…

 

  • Depuis combien de temps as-tu commencé le travail du bois ? Connais-tu ce savoir-faire depuis longtemps ?

De formation menuisier, je suis d’ailleurs la cinquième génération. J’ai toujours évolué dans le milieu du bois, bâtiment, nautisme. J’apprécie particulièrement la création.

Très valorisant de partir d’une feuille blanche et d’admirer le résultat final !

 

  • Quel est ta relation avec le bois Canadian ? Pourquoi est-il si spécial pour toi ?

L’érable du Canada est l’essence reine pour shaper un skate. Parfaite adéquation entre la densité, la couleur et la facilité d’usinage.

  • Comment as-tu choisi le nom “Nom de la marque” ? A-t-il une signification particulière ? une histoire ?

Eighty-Five, quatre-vingt cinq, m’est naturellement venu. C’est mon département, la Vendée. Je suis très attaché à mes racines paysannes. Ça permet de garder les pieds sur terre. Département très bien équipé en skate park, et bien sur nous avons la mer !

  • Utilises-tu les technologies Roarockit ? Te sont-elles utiles au quotidien ?

J’utilise les produits et plus particulièrement les poches sous vides Roarockit pour la réalisation de board en petites séries. Ils connaissent très bien les produits, sont des spécialistes, et proposent l’ensemble des produits périphériques. Colle, outillages, etc et bien sur une sélection rigoureuse du bois !

  • Comment as-tu découvert Roarockit ?

Sur internet tout simplement !

  • Sur quoi travailles-tu en ce moment ? Quels sont tes futurs projets ?

Je travaille actuellement avec les jeunes de Riders Gang ! Ils sont comme mois des Sables d’Olonne. Je me spécialise dans les petites séries, pub, lots pour compétitions et bien évidement le particulier qui souhaite une board custom !

  • Un dernier commentaire ou une spéciale dédicasse ? Vas-y c’est ton moment !

Dedicasse à toutes les mamans et tous les papas ! Vos enfants et ados sont mieux dans un park que devant une télé !

Vous pouvez retrouver et suivre les créations de Laurent sur Facebook et Instagram 🙂

 

 

 

Team Luge Rider Julien Fouchard

Team Luge Rider Julien Fouchard

photo rico du talus
Today we are taking a moment to introduce Julien Fouchard: Roarockit Skateboard Europe’s Luge Team Rider.

This introduction is very overdue, as Julien Fouchard has now been riding for the Roarockit Team since 2016.

An enthusiast of the Street Luge and Classic Luge, Julien has been riding since 2012 and started riding competitively in 2013.

 

 

His accomplishments include:

Season of 2014

Peyragudes photo Jean Esquerre

Rider Julien FoochPhoto Jean Esquerre

Photo Maxime Lassale PND Julien

  • 3rd place Street Luge Championships of the South-West of France
  • 4th place Classic Luge, Pyrenee Championships
  • 15th place Classic Luge, France Championship (CDF)
  • 9th place Classic Luge, International Championships (IDF)

Season of 2015

  • 5th place Classic Luge, France Championship

Season of 2016

  • 3rd place, Classic Luge France Championship
  • 5th place, Street Luge, France Championship

Season of 2017

Couldn’t compete due to car problems

 

 

 

We met Julien back in 2014 during events such as Peyragudes Never Dies, Le Rigalet, La D35 (…etc.). So many great events out there!
Julien was looking for a Luge that would meet his needs and enable him to take part in Championships and events across the world.

 

Roarockit technology makes it possible to build all types of custom boards, but a Street Luge entirely made of veneer and vinyl glue with oversize dimensions and shapes had not yet been done. We were up for the challenge and launched ourselves into the making of a unique Street Luge!

 

After several months, the first luge was ready. Made entirely using the Roarockit Thin Air Press, Canadian maple veneer and Titebond III glue. Julien participated in several freerides to test it, see if improvements were needed and to get a maximum amount of feedback on the board from other riders. Returns were positive but some improvements could be made: a little wider and shorter.

Rider Julien Fooch13336140_1041605175914704_6322777066245595461_n 13343033_1041605505914671_784504067822531516_n

 

 

 

 

 

 

 

luge in thin air press

 

The second prototype was then a success! A Street Luge entirely handmade with Roarockit technology, a one-of-a-kind Luge.

The making of this first Street Luge entirely out of veneer is a great pride. A successful collaboration between rider Julien Fouchard, who brought his knowledge of the discipline and Roarockit for the technicalities of the build. The graphics were done by rider and artist Thomas, aka LeGrinch, Lako – Art & Co

 

 

IMG_3090

 

in the press
This coming season of 2018 Julien will be taking part in several Freerides: the Rigalet, Montaut Express, Saint Pathik…etc.

And also the IDF championships: Transylvania, Kozakov, Verdiccilio.

We are thoroughly looking forward to following his accomplishments this season and are stoked of having such an awesome Roarockit Ambassador and Team Rider!

Plus big shout out to Julien, for his input on the successful build of the Street Luge !

 

May it be a successful year of downhill events for Team Rider Julien Fouchard!

 

 

DREAM IT, MAKE IT, RIDE IT

Follow Julien on facebook & instagram

RideThe Wood – Audrey Fasquelle

RideThe Wood – Audrey Fasquelle

Cela fait déjà un petit moment que l’on connait et que l’on suit avec attention le travail d’Audrey. C’est donc fièrement que l’on vous propose de la découvrir à travers cet interview honnête et sans complexe :

SnowBoard Marqueterie Owl

SnowBoard Marquetry Owl

1. Salut Audrey, peux  tu te présenter ? Quel âge as tu (pas obligatoire bien sur ;)), d’où viens tu, ton boulot, ton parcours…

Salut! Et bien, j’ai 27 ans et je viens de Toulouse. Avec six ans de formations aux métiers du bois (CAPs et Diplôme des Métiers d’Art) entre le Lycée de l’Ameublement de Revel (31), le Lycée des Métiers d’Art d’Uzes (30) et un passage éclair à l’Ecole Boulle à Paris, j’ai travaillé quelques mois en finition chez un fabricant d’intérieurs de jets privés puis chez un fabricants de skis. Après avoir déménagé de nombreuses fois, j’ai posé mes valises dans le bassin Valentinois il y a plus d’un an, ainsi, depuis le mois d’octobre 2015, j’exerce la marqueterie à mon compte, en parallèle d’un emploi d’animatrice pour enfants

Audrey FASQUELLE - RideTheWood

Audrey FASQUELLE – RideTheWood

2. Qu’est ce qui t’as amené à travailler le bois ?

Depuis toute petite, je bricole. J’ai la chance d’avoir des parents qui savent faire beaucoup de choses par eux même et qui ont su partager leur savoir faire avec leurs enfants. Lorsque je passais mon bac, on m’a parlé de l’ébénisterie. Je suis donc allée me renseigner au lycée pro de Revel et ça a été un coup de cœur! Depuis ma formation, dès que j’ai l’opportunité de faire un atelier bois avec les enfants sur les centres de loisirs, je n’hésite pas, espérant réveiller une vocation chez quelques uns d’entre eux.

3. Tu as fait le choix d’utiliser notre matériel à savoir, la Thin Air Press. Pourquoi ce choix ?

C’est après avoir cherché «fabricants de skate» sur Internet que je suis tombée sur le site Roarockit. En fouinant sur la page Web, j’ai trouvé les presses sous vide, j’ai alors pris la décision d’acheter le grand modèle, qui s’adapte très bien pour mes snowboards. Le prix est attrayant aussi. Un coup d’aspirateur, la pompe manuelle, et le tour est joué! Je ne regrette pas du tout cet investissement.

SnowBoard Marqueterie Who Board

SnowBoard Marquetry Who Board

 

4. On a vu que tu avais créé RideTheWood. Racontes nous cette histoire ? Le début, les galères, les joies…

J’ai commencé à penser à Ride The Wood courant 2014. Lorsqu’on passe un Diplôme des Métiers d’Art, on nous apprend à sortir des sentiers battus, à innover. J’ai fait le rapprochement entre ma formation et une passion, et j’ai fait un test sur un snow (Who Board). Les retours positifs m’ont poussée à persévérer. Tout en continuant les prototypes pour les snow, j’en ai profité pour essayer des supports éclectiques (guitares, skates, radio vintage… Etc) Ride The Wood, ce n’est pas que du snow, c’est aussi d’autres supports tout aussi funs. Les joies que j’éprouve? Découvrir le produit fini après toutes les étapes de réalisation. Les galères, se soucier de trouver les bonnes techniques innovantes et bien sûr la partie administrative.

SnowBoard Marqueterie Bois Multi Essence.

SnowBoard Marquetry Wood Multi Essence.

 

5. Quand on regarde ton travail sur les snowboards, on devine que tu as passé un temps fou à leur conception. Peux-tu nous expliquer le travail que tu as fait?

Il y a d’abord la recherche de motifs. Sur les dernières planches, j’ai eu la chance d’avoir les dessins du graphiste GunndBoy. Il faut faire ce que l’on appelle un calque, qui servira à faire la mise en couleur, la légende, les ombrages si nécessaire… ensuite, découper chaque pièce sur papier pour les coller sur les feuilles de bois, puis de nouveau, découper les placages. En fonction du nombre de pièces, la découpe et l’assemblage peuvent prendre plus ou moins de temps (Pour le hibou, il y a pas loin de 150 pièces et une quinzaine d’heures de travail). Je déplaque ensuite le snow que je souhaite personnaliser et j’y colle la marqueterie avec la presse sous vide. Reste la finition qui prend pas mal de temps.

SnowBoard Marqueterie Racoon

SnowBoard Marquetry Racoon

6. Comment vois-tu l’avenir de RideTheWood ? Des nouveaux modèles, quelques projets?

Je souhaite pouvoir travailler avec des artisans de la glisse, tout comme avec des particuliers. Je voudrais aussi développer les différents styles de graphisme, et enfin, tester de nouveaux matériaux, ou confirmer l’utilisation de la paille sur snowboard qui n’a encore jamais été utilisée d’après mes recherches.

 

7. Le mot de la fin. Des remerciements ou des dédicaces ?

Je pense que oui, il y a pas mal de monde que je dois remercier, ma famille tout d’abord, qui m’a permis de découvrir l’artisanat du bois et mes professeurs qui me soutiennent toujours après toutes ces années. Je tiens aussi à remercier toutes les personnes qui me donnent une chance de faire ma place sur des événements et de faire connaître mon travail et enfin, l’atelier Phénix, mon premier partenariat fabricant/marqueteur.

 

On vous invite à jeter un coup d’œil, sur sa page facebook : RideTheWood

Page facebook : RoarockitSkateboardEurope

Profil : Roarockit Europe

Page internet : Roarockit.eu