Shaper of the month-Atelier BYE BYE

Shaper of the month-Atelier BYE BYE

1- Peux-tu te présenter ? Que fais-tu dans la vie ?

Ma passion tient en un mot “Fabriquer des trucs”

Fabriquer des skateboards, et t’apprendre à construire le tien.

Créer des enseignes en bois et en métal. Faire des Tshirts sérigraphiés pour une asso.

Démonter des trucs et des bidules pour les transformer. Imprimer et découper des stickers pour ton groupe de rock, j’aime faire absolument de tout!

J’ai commencé la construction comme décoratrice et accessoiriste pour le cinéma, et je me suis formée en parallèle sur des machines de fabrication numérique.  (découpe laser, impression 3D, CNC…)

Entrepreneuse et « makeuse » en montage de projets hybrides, culturels ou en lien avec l’économie sociale et solidaire. Mon parcours est axé sur la recherche de l’innovation et l’envie d’apprendre à faire sans craindre l’erreur ou la complexité.


2- Quand as-tu commencé et pourquoi ?

Créé en 2016, l’atelier Bye Bye est un atelier de fabrication numérique et artisanal.

Ses activités principales : fabrication de skateboards, découpe et gravure laser pour la signalétique et sérigraphie.

Le projet a débuté à l’Ile d’Yeu, puis est devenu mobile en organisant des stages de fabrication de skateboards à Nantes et à Paris.

J’ai commencé à fabriquer des skateboards sur mesure à la demande de certains de mes clients, et finalement, je me suis aperçue que beaucoup souhaitaient pouvoir fabriquer leur propre planche.

3- Explique-nous ton concept en quelques mots ?

L’atelier Bye Bye organise des stages de fabrication numérique : découpe laser, impression 3D, découpe vinyle, électronique et des ateliers d’initiations aux techniques artisanales : menuiserie, sérigraphie, métal…

En parallèle, je vends quelques modèles sur ma boutique en ligne et dans mon atelier à Nantes. J’aborde la fabrication de skateboards en misant sur la qualité et la longévité. L’accent est mis sur le choix des matériaux et sur la durabilité.

En chêne, en noyer, en bambou, en érable, elles ont chacune un petit quelque chose qui les rend uniques.

Je suis en train de développer une série de cruiser garantis à vie, en prenant en compte que le bois est une matière vivante.

Au lieu de le vernir, ce qui bloque la respiration de la matière, on peut aussi l’entretenir, comme on le ferait pour un beau meuble d’ébéniste qui se patine avec le temps. Je teste le processus d’entretien en ce moment, avant de mettre cette série en vente courant 2021.

4- Comment as-tu appris tout ce que tu enseignes ?

Je suis autodidacte dans toutes les techniques qui font aujourd’hui mon métier, j’ai plaisir à partager mes connaissances et permettre à chacun de fabriquer par soi-même à peu près tout et n’importe quoi.

Mon précédent métier dans le décor et la construction pour le cinéma m’a beaucoup appris dans toutes les techniques que j’utilise aujourd’hui.

Je fais aussi beaucoup d’échange de connaissances avec des amis ou des pros, souvent je leur apprends une autre technique en échange. On fait du troc de connaissances, quoi !

5- Quelle est ta meilleure réalisation ?

Aucune idée, je ne l’ai pas encore réalisée !

Si on parle skateboard, je pense que c’est l’association « skate with refugees » que je suis en train de créer avec des copains skateurs.

On part du principe que le skateboard est un vecteur d’intégration et permet de s’affranchir de la barrière culturelle. L’idée est de leur changer les idées en leur apprenant une technique pour la plupart inconnue et de leur permettre de rencontrer d’autres enfants qui partagent cette passion. Créer du lien entre eux, une amitié forte entre les jeunes sur la base d’un sport porteur de sens et de fraternité.

6- Comment Roarockit t’aide à la réalisation de tes projets ?

La technique Roarockit m’a permis de devenir mobile et de proposer des stages en dehors de mon atelier. La facilité de construction et la légèreté du matériel permettent de se déplacer facilement d’un lieu à l’autre pour proposer des ateliers de construction.

7- Quels sont tes projets futurs ?

En 2020, l’atelier déménage dans un lieu aussi improbable qu’atypique : une péniche en plein centre-ville de Nantes.

L’atelier sera partagé avec différents acteurs œuvrant autour des low-techs et de la fabrication avec la volonté de faire de la péniche un lieu de recherche et d’expérimentation.

LIEU COLLABORATIF

Espace de coworking et atelier partagé de fabrication numérique et artisanale axé sur les low-techs et la fabrication locale. Dans le jargon, on appelle ça “makerspace”

LIEU APPRENANT

L’atelier Bye Bye organise des stages de fabrication : skateboard, découpe laser, impression 3D, découpe vinyle, électronique et initiation aux techniques artisanales : menuiserie, sérigraphie, métal.

LIEU CULTUREL

L’atelier ouvre ses portes aux artisans locaux pour des expositions et des workshops, aux artistes pour des spectacles et des concerts à bord de la péniche le Sémaphore.

L’objectif ? Réfléchir et expérimenter sur notre façon de consommer, travailler, fabriquer, nous déplacer, nous cultiver dans le monde de demain.

8- Comment fait-on si on veut réserver un atelier ?

Vous pouvez directement cliquer sur les liens des photos pour y accéder.

Les ateliers peuvent être réservés sur mon site : www.atelierbyebye.fr et sur la plateforme We Can Doo : www.wecandoo.fr

9- Où pouvons-nous te retrouver ?

Site web : www.atelierbyebye.fr

Facebook : www.facebook.com/atelier.byebye

Instagram : www.instagram.com/atelier.byebye/

En vrai : sur la péniche Le Sémaphore, Quai de Malakoff à Nantes

10- Dernier mot de fin ?

J’ai souvent en stage des personnes qui débutent dans la fabrication et ont peur de faire des erreurs, j’aime bien leur répéter cette phrase :

“Souviens-toi que l’arche de Noé a été construite par un amateur et le Titanic par des professionnels.”

Shaper of the month : L’Artisan du Skateboard.

Shaper of the month : L’Artisan du Skateboard.

Ce mois-ci on vous présente Franck, un skateur qui a créé sa marque de planche de skate L’Artisan du skateboard.

Je vous laisse le découvrir avec nous 😉

Salut Franck,

1- Peux-tu te présenter ainsi que ton entreprise?

artisan du skate

Je m’appelle Franck , j’ai 42 ans et je vis à Metz en France . 

Je skate toujours depuis 1987.

Mon entreprise est l’artisan du skateboard.

Je fabrique des skateboards et des longboards de façon artisanale dans le respect du travail manuel.

Je crois au développement d’un marché du skateboard français et je soutiens les skateurs locaux .

2- Quand as-tu commencé la création de ta marque ?

J’ai commencé à presser mes premières boards en Mars 2020 pendant le confinement, je suis toujours en phase de création car les choses évoluent vite.

3- Que représente ton logo ?

Mon logo est composé d’un crâne d’une croix, car ce sont des classiques dans le skateboard.

La Croix est montée d’un truck ce qui représente La croix de Lorraine.

4- Comment as-tu appris à fabriquer des skates ?

Les premiers étaient en DIY avec des presses en béton …

Ce n’était pas satisfaisant ! 

J’ai suivi une formation avec Roarockit sur plusieurs jours qui m’a permis de synthétiser ce que j’avais appris .

5- Quels matériaux utilises-tu lors de la fabrication de tes skates ?

J’utilise des plis d’érable canadien pour les skateboards et parfois du bambou pour les longboards.

6- Comment Roarockit t’aide lors de ces réalisations ?

Le bois proposé est toujours de qualité, les packs de 10 decks sont très avantageux . J’apprécie les conseils techniques de Sarah et Nico quand j’ai une question.

7- Quels procédés utilises-tu ? (presses,….)

J’utilise principalement les presses “thin air press” de Roarockit et une presse custom que j’ai fabriqué.

8- Comment choisis-tu le design de tes decks ?

Ma priorité est de proposer des planches avec un bon pop et une bonne robustesse. 

Pour le design en soi, je privilégie le black work car je sérigraphie en monochrome pour l’instant.

9- Quels sont tes projets futurs ?

Je vais travailler sur la sérigraphie et peut être m’équiper d’une presse à transfert.

Continuer à produire toujours mieux !

10- Où pouvons-nous te retrouver ? ( lieu, site internet, réseaux …)

Vous pouvez retrouver tous ses réseaux sociaux ci-dessous.


11- Dernière petite question as-tu une anecdote ou un idée à nous partager?

Peu importe si tu as du niveau ou pas, l’important c’est de skater ! 

Merci de soutenir des artisans locaux !

Shaper of the month :  Rabbit Custom

Shaper of the month : Rabbit Custom

Ce mois-ci on vous présente Nicolas, un artisan créateur que nous avons rencontré à Roarockit lors d’un stage de fabrication de skate. C’est avec grand plaisir que nous partageons avec vous aujourd’hui l’évolution et la réussite de son projet.

Salut Nicolas,

1- Peux-tu nous faire une petite présentation de toi.

D’où tu viens, quel âge tu as et que fais-tu dans la vie.. ?


Je me présente donc : 

Nicolas PIERRET, j’ai 42 ans et je suis Artisan créateur Landais en déco et ameublement. Dans une démarche éco-responsable et durable par le recyclage des skateboards et bois palette.


2- Qu’est-ce qui t’a poussé à faire ce métier ?

Avant tout skateur passionné et pratiquant de plusieurs sports de glisse (Snow, Surf, Wakeboard).

J’ai eu full de vie avant d’en arriver où j’en suis aujourd’hui.

Mais rien à voir avec le travail de l’artisanat du bois. 

Plombier, chauffagiste de métier avec un BTS commerce.

J’ai progressé dans diverses entreprises dans le milieu du bâtiment et marketing digital comme commercial. 

Un apprentissage bien utile aujourd’hui dans le maniement des outils et mon côté commerçant à l’écoute de mes clients.

J’ai toujours bricolé mes vieux skates depuis gamin. Et quand un pote passait à la maison et qu’il trouvait ça cool. Bien souvent, il repartait avec.

Et un jour, tu te réveilles, t’as 40 ans et tu te demandes ce que tu as “VRAIMENT” envie de faire pour au moins les 30 prochaines années, en accord avec tes valeurs humaines pour aider les gens et tes principes écologiques pour faire bouger encore plus les choses sur la préservation de notre belle planète.


En clair :

“T’en as pas marre d’avoir la même déco que ton voisin ou meuble qui a fait 4 fois le tour de la planète avant d’arriver dans ton salon? ” Ahaha..!

Le RABBIT CUSTOM DESIGN c’est ça:


Une déco unique ou meuble personnalisé/personnalisable par le recyclage des vieilles planches de skate et bois palette. Tout en favorisant le circuit court. Œuvrant pour le bien-être chez soi et la protection du littoral. Mais également pour les espèces marines par la sensibilisation du public sur les principes écologiques.


3- Quand as-tu débuté ce projet?

De l’idée papier à l’ouverture, il s’est bien passé 8 mois avec tout ce que cela inclus, formations, études de marché et création du logo.

J’ai démarré ma nouvelle vie bien remplie d’artisan officiellement en Juillet 2019.


4- Pourquoi utiliser le nom de rabbit custom?

En toute simplicité, c’est un petit surnom affectif que j’ai depuis petit que m’a donné ma mère. Du coup, je trouvais le petit clin d’œil sympathique et puis de toute façon, tout le monde m’appelle “Lapin” maintenant.! XD



5- Où pouvons-nous te trouver? (marché, expo, site, insta…..)

On peut retrouver une petite partie de mes créations en magasin où je dédie plus d’ameublement que de la déco. Du type, desserte, banc, tabouret, des pièces uniques en luminaire, grand tableau décoratif rétro éclairé, au sein d’un collectif de créateurs à “Hors Saison Créateurs d’ici” un concept store basé sur le principe des boutiques éphémères jusqu’à fin février 2021.

Adresse:  165 rue des Rémouleurs à Soorts-Hossegor dans la Zone Artisanale Pédebert .



Vous pouvez aussi entrer en contact avec le Lapin pour un projet Custom personnalisé que l’on soit particulier ou pour les entreprises.

Vous pouvez lui demander un devis gratuit.


Voici les liens direct vers ses réseaux sociaux et son site internet :


6- Quelles sont tes inspirations pour créer tous ces objets?

Mes inspirations sont généralement déclenchées quand je regarde la forme des skates, l’état dans lesquels ils arrivent et l’histoire qu’ils peuvent raconter.

Mais également les différentes couleurs des ply sous les grippes qui se révèlent après plusieurs ponçages pour faire ressortir le veinage du bois et les petites particularités typiques du bois d’érable canadien.

Mais aussi au cours de discussions avec des amis ou clients qui me font part de ce qu’ils aimeraient bien voir chez eux ou en boutique de déco.

Qui à leurs goûts (et au mien d’ailleurs aussi) est trop similaire d’une boutique à une autre et que l’on peut retrouver donc chez n’importe qui ne justifiant pas forcément le prix en rapport avec la qualité.

Et non des moindres au travers de film de Science Fiction et Manga. Où tout est permis et laisse s’exprimer l’imaginaire de chacun.


7) Comment roarockit t’aide pour le procédé de tes créations ? (presse, bois, colles, pompes…).

Qu’est-ce que tu utilises pour fabriquer un objet (matériaux et équipement par exemple…)

Avant même de commencer mon activité, j’ai voulu apprendre ce qu’était le skate, sa composition, son mode de fabrication, en fabriquant moi-même ma propre planche. Pour pouvoir par la suite savoir comment j’allais travailler la matière et donner un rendu haut de gamme avec une vieille planche destiné à partir à la déchetterie. 

Comme je travaille dans un atelier assez réduit. J’ai trouvé très innovant, propre et simple la manipulation et le stockage du système de presse sous vide de Roarockit.



-En général, je recycle des vieilles planches de skate pour réaliser mes créations ou projets Custom. Je ne suis pas voué à les fabriquer, d’autre le font bien mieux que moi. Mais il m’arrive assez souvent que l’on me demande des coloris, courbes spéciales, de la marqueterie pour un projet custom personnalisé grands formats type table basse ou table à manger.

Où il me faut créer l’assemblage complet, auquel je rajoute le bois palette pour augmenter les surfaces de matières souhaitées au projet.



Une fois encore la qualité des plaquages et le large choix des coloris que m’offre Roarockit me permettent de pouvoir répondre en grande partie aux attentes et à la satisfaction de mes clients.

8- Quels sont tes projets futurs? ( des idées de créations pour noël par exemple?)

Les projets sont multiples et sans fin Ahaha !

Dans l’immédiat et au regard de ce que l’on vit en ce moment malheureusement, de pouvoir continuer ma passion, mon métier, multiplier les endroits où l’on pourra retrouver mes créations en série courte, en favorisant une distribution physique et local (maximum Nouvelle Aquitaine), de pouvoir transmettre cette passion à d’autres et former beaucoup de petit lapin Custom, réaliser des projets custom complètement fou, pouvoir de manière vraiment significative, aider les organismes écologiques locaux à continuer d’œuvrer pour le bien commun en préservant nos espaces et nos espèces.

Pour les créations à venir :


Des projets custom personnalisé, des tables à manger bois palettes/skate. Une petite série de cadre déco, veilleuse pour enfant en composition bois palette/ skate. Mais aussi des luminaires Ultra design grand format qui vont me pousser à sortir de ma zone de confort.

9- Un petit mot de fin ?

Ceux qui me connaissent savent au combien, j’aime les gens, alors un grand merci non pas à moi, mais à vous d’être comme vous êtes, d’être curieux, créatif et attentif à ce qui vous entourent. 

Et tout particulièrement un grand merci à ma petite mère sans qui je n’aurai pas d’atelier. Ahah.!


Shaper of the month: Alex Chireux

Shaper of the month: Alex Chireux

Bonjour, je m’appelle Alex et j’ai 41 ans. Je suis originaire de Compiègne dans l’Oise et je vis à Helsinki (Finlande) depuis presque 20 ans. Après une quinzaine d’années passées dans l’enseignement j’ai souhaité me réorienter vers la menuiserie. Je pratique les sports de glisse d’hiver depuis presque 40 ans, ski, snow, ski de fond et un peu de télémark…j’ai même connu le monoski !

1) Bonjour Alex, tu as fabriqué un snowboard, qu’est ce qui ta donné envie de le fabriquer toi-même ?

Tout est parti d’une discussion avec un ami sur les boards de la marque Hammer, un super fabricant de snows des années 90 malheureusement disparu depuis. On a voulu s’amuser à en reshaper une. De fil en aiguille, je me retrouve aujourd’hui à monter une entreprise de fabrication artisanale de skis, snows …skates et wakes (à venir). Lunik, basée à Helsinki. C’est un rêve qui prend forme.

2) Peux-tu nous expliquer les différentes étapes de la fabrication ?

Pour les skis comme pour les snows, le principe est le même : le sandwich.
Une semelle entourée de carres. Ensuite, j’utilise une première couche de fibres sur laquelle viendra se poser le noyau en bois. La deuxième couche de fibre puis le placage final. Tout est stratifié avec de la résine d’époxy.
La particularité se trouve dans les composants. Il serait prétentieux de parler de planches bio alors j’utiliserais le concept de planches « raisonnables ». La semelle est Ptex (Isosport 7500) et les carres en acier. J’utilise des fibres naturelles de lin, du bois local (noyau et placage) et une résine biosourcée. Pour les champs j’utilise du chêne, local lui aussi.

3) Tu utilises le système de presse Thin Air Press de Roarockit, pourquoi ce choix et comment as-tu connu Roarockit ?

En effet, j’utilise le système de Roarockit. Je l’ai découvert tout simplement en lançant une recherche sur le net, presse à vide d’air. Il est super simple d’utilisation et efficace. Pour le moment, il m’a permis de presser 3 snowboards et 2 paires de skis. De plus, quand j’ai commencé ce projet, le manque de moyen (atelier dans un garage, pas de financement) m’a obligé à chercher les solutions les moins onéreuses et les plus accessibles. J’utilise le grand modèle (40×80 inches). Il est suffisamment long pour y glisser un moule en mousse haute densité et mon sandwich. Pour gagner du temps j’utilise un aspirateur de chantier pour évacuer la plus grosse partie de l’air puis la pompe livrée avec le kit. Jusqu’à aujourd’hui, rien à reprocher à ce système. La pression est suffisante pour laminer mes snows et mes skis, le vide tient jusqu’au lendemain. Et surtout, la presse se plie facilement et ne prend donc pas de place, ce qui est primordial quand on travaille dans un espace réduit.

4) Tu as maintenant pu tester la board (Laponie ?), qu’en penses-tu ? Parfait du premier coup ? Des améliorations à apporter ?

J’ai même pu tester 3 boards et 2 paires de skis. Ce que j’en pense, des boards ou de la Laponie ? Pour les planches, excellentes surprises à chaque fois. Que ce soit par rapport au shape donc au type d’utilisation, par rapport à l’épaisseur de noyau et au flex, tout correspondait à mes attentes. Des prototypes réussis.
La Laponie, c’est comme sur les cartes postales. C’est froid, les journées sont courtes mais il y a de la super neige. Nous avons eu toutes les conditions possibles : Soleil, grosse tempête où même les téléskis devaient fermer, pistes bien dures et peuf entre les sapins.

Parfait ? Hum…pas loin. Je dois maintenant améliorer les finitions afin de rendre ces produits vendables. Un exemple simple, utiliser des placages un peu plus fins, qui seront plus simples à laminer. Un petit détail qui a beaucoup d’importance.

5) As-tu d’autres projets en cours ou à venir ?

Je dois honorer ma première commande pour le début du mois de mars. Une paire de skis orientés piste avec une finition « chêne » (comme ceux de la photo).
Les prochains prototypes seront axés sur la glisse printanière et estivale, à savoir skate et wakeboard.
À terme, si l’entreprise se développe suffisamment, développer des ateliers de fabrication de skate au sein des écoles… je reste un peu prof dans l’âme. Et pour cela, je compte sur les produits Roarockit (promis, ils ne m’ont pas payé pour dire ça ).

6) Des remerciements, dédicaces ?

Tout d’abord, merci à Sarah de Roarockit de me proposer cette interview. Merci pour vos produits qui me permettent et me permettront de continuer à développer mon activité.
Merci à mon épouse et à mes enfants qui me soutiennent dans ce projet.
Un « special thank » pour Laurent (Skate Crisis @youtube) sans qui ce projet n’aurait certainement pas vu le jour.

Et merci à toutes celles et ceux qui m’aideront à réaliser mon rêve (Lunik) d’une quelconque manière que ce soit.

Merci Alex ! Et bon ride !

Vous pouvez voir la vidéo du test des skis et snowboard handmade d’Alex accompagné de Laurent en Laponie en cliquant sur ce lien.

Shaper of the month – Matheus Iark

Shaper of the month – Matheus Iark

Thank you for taking the time to be a part of our “Shaper of the month” articles.
It is a pleasure to see and put forward your work!

– We will start with a little presentation of yourself. Where do you come from? How old are you? What is your life goal and what do you do now?

I’m 30 years old from a small town in the south of Brazil but have been living in Germany since 2012. I like skateboards since I can remember and got my first one when I was around 10 years old. It wasn’t really a great setup with it’s plasticky wheels and rubber bushings, but I learned how to comfortably cruise with it. When I was around 13 I got my first real skateboard and started learning some tricks. I was riding regularly for about 2 years, then on and off until 2012 when I moved to Germany. In 2014 I got my first longboard, which I used to cruise around and commute, but also learned a few dance steps. About a year later I bought a proper dancer, then a mini cruiser, then a downhill deck and so on.

By the end of 2015 I built my first deck, I really enjoyed the building process and the feeling of riding a self-made board, so I started looking more into it and found out about Roarockit.

Shortly after I got a TAP kit, better tools and built a couple more decks, which were not perfect, but already much better than the first one. Now my main project is a downhill deck for myself and the crew I’m part of (we are Draft Train Media on Instagram and Youtube). I also have my personal Youtube channel with some skate videos, where I also plan to post the production process of my next decks.

I have the dream to make deck building (and woodworking in general) a way of living, but there’s still a very long way until I get to a level of product quality and design that is commercially viable, so for now I keep it as a hobby, improving on every deck I make.

– Have  you recently started woodworking?

Yes and no. In my childhood and teenage years I helped my dad build some simple stuff out of wood, like a small house for our dog, and with some friends a small ramp and a grinding box for street skating. The first deck I built was with hardware store plywood and a heavily improvised press with whatever heavy stuff I could find to bend it. It wasn’t pretty, but it’s still very rideable.

– What is your relationship with Canadian Maple veneer? Why is it so special to you?

It’s actually a love-hate relationship. It’s a fantastic material to work with, I can bend it relatively easily and the deck I’ve built with it feels very solid. Problem is, it’s a difficult material to find where I live and a bit more expensive than I would like, so that still holds me back. Right now my plan is to use cheaper hardware store plywood for prototyping then when I achieve the results I’m satisfied with, get a batch of Canadian Maple veneer to make higher quality decks.

– How did you find out about Roarockit and why did you choose a TAP system instead of another kind of press?

The first time I read about Roarockit was at diyskate.com. I was looking for information about how to build a press and came across the Roarockit TAP, which was a surprise as I had never heard of deck pressing with a vacuum bag. I don’t have a lot of storage space or a workshop, I make the builds either on my apartment’s balcony or in the building’s backyard, so being able to fold and store my press in a shelf made all the difference, which is something I wouldn’t be able to do with a bottle jack press for example. The usage is very simple, making a mold out of hard foam is much easier and cheaper than wood or concrete, which is nice for amateur builders as myself, and if you take your time to do it right, the results are outstanding for such a simple deck-pressing method. The tutorial videos on Roarockit’s Youtube channel are also excellent and helped me avoid many mistakes.

– You wrote an excellent article of your experience with our kit. You can read the article here. It’s a really good one thank you! What is your relation with blogging and the website LongboardEnvy? And why write an article about Roarockit?

I’ve actually never had a Blog myself. The opportunity to write for Longboard Envy came after I posted on /r/longboarding a short review on the Ronin Cast Katana trucks I had recently bought. I couldn’t find any reviews on it so I decided to share my experience with them with the community, then JC from Longboard Envy contacted me inviting for a guest post with a bit more in depth analysis of those trucks. Some time after that, he invited me to write on an ongoing basis and I joined.

The idea of writing about the Roarockit TAP bag kit came from both the need of original content for Longboard Envy and some tips and details about using it that I gathered by reading articles about it, watching tutorial videos and my personal experience designing and building a deck. I wanted to put it all together in one place to help first builders get a good idea of the whole process.

– What are you working on now? And what are your future projects?

Right now I’m sketching some ideas for boards I want to build for the next season. One of them is a 1960’s style, flat, solid wood board. I really like how they look and I want to learn how to stain wood. I want to learn how to apply fiberglass and carbon fiber in order to build a light but super stiff downhill deck and I have a couple of waiting orders from friends for a cruiser and a slalom deck.

– Any comments or special thanks?

Thank you Roarockit for inviting me to be part of Shaper of the Month and for making it’s products available in Europe, to my friends who support me in deck building, specially Kim and Roberto who painted the amazing custom art on my decks, and the longboarding community on Reddit who is really helpful as well.

Thank you ?

Youtube: Matheus Iark