Shaper of the month – Boarder line skateboard


1- Peux-tu te présenter? Que fais-tu dans la vie?

Je m’appelle Enji Wadel et j’ai 44 ans. Je suis actuellement en « reconversion » comme on dit. Acrobate circassien depuis tout petit, j’ai roulé ma bosse un peu partout avec notre cirque « La Compagnie Le Filet d’Air » créé avec Isa ma femme en 1999.

Funambule, monteur de chapiteau, Musicien de jazz Manouche, mécanicien parfois, ce métier m’a permis de toucher un peu à tout et surtout de développer le sens de la « bidouille » quand il y a un problème…
The show must go on !

skate Boarder-line

2- Quand as-tu commencé à fabriquer des planches de skate?

Mino j’étais un vrai casse-cou, tout y est passé bmx, roller, skate…
Tant qu’il y avait de la grosse pente, j’étais partant !

Puis le temps a passé et c’est à travers le fil que j’ai canalisé ce besoin d’adrénaline.

Habitant dans les alpes et lassé des saisons de plus en plus courtes de Snow, nous nous sommes mis au longboard avec mon fiston Nino.

De fil en aiguille, nous avons commencé à bidouiller des planches, à en récupérer, à couper du CP pour tester différents Shapes ….
C’était partis, on était pris par la passion du skate !

3- Comment as-tu appris à fabriquer un skate?

C’est la rencontre il y a deux ans avec Christophe Stagnetto de Made in Alpes Skateboard qui a été une révélation pour moi.

Je l’ai accueilli en tant que régisseur sur le festival Festi’Street organisé par nos ados du Trièves et Christophe était en démo Shape avec Made in Alpes.

Nous avons passé la journée à papoter skate, il m’a montré les TAP, a pris le temps de tout m’expliquer.

Trois semaines plus tard, j’avais mon premier kit Bambora série de Roarockit.

 Je n’ai jamais suivi de stage ou autre, je suis observateur et surtout un obstiné !

Je cherche beaucoup, je fais des erreurs, de belles découvertes et petit à petit je me retrouve à fabriquer de plus en plus de planche de meilleurs qualités…. Ça progresse continuellement, il faut juste rien lâcher !

4- Avec quoi les fabriques-tu ?

Ca se passe en trois étapes :

1 – Conception d’un prototype avec la technique TAP et moule en polystyrène.

2 – Une fois le concave et le cambre trouvé, réalisation d’un moule en bois.

3 – Production, à l’aide d’une presse mécanique par bride, d’une micro série de 10 planches max.

Je travaille actuellement sur la réalisation d’une presse hydraulique pour moule béton qui verra le jour début 2021 et qui devrait accélérer le processus de fabrication.
Il faut compter actuellement environ 1 mois entre la conception et la réalisation d’un nouveau modèle.

Je fabrique aussi des couteaux que je monte avec des plaquettes en skate recyclé où mieux avec mes chutes de bois.
Je fais surtout un modèle dérivé de greffoir que j’ai appelé « Le Grippoire » un tool qui facilite la pose du grip et qui marche aussi très bien pour les pizz’s pendant les sessions !

5- Comment Roarockit t’aide dans la réalisation de ses planches?

La TAP est un outil indispensable pour réaliser facilement des protos.

De par sa simplicité d’utilisation, on peut modifier rapidement les moules, de chercher les bonnes formes, taille ect…

J’utilise aussi beaucoup la TAP pour presser différents objets que je fabrique avec les chutes de bois (plaquette pour les montages de couteaux, médiators de guitare, jeux en bois ect…)

Il y a aussi les outils qui facilitent la vie, le petit racloir qui va bien pour finir les arrondit, le rockitruler, règles à dessins

6- Quels matériaux utilises-tu?

J’utilise pour tous mes travaux l’érable canadien de Roarockit qui est d’une super qualité. C’est un vrai plaisir que de travailler sur des matériaux super clean.
J’adore les plis de couleurs et les différents changements de teinte que le bois prend selon les étapes de travail ( brut, ponçage, vernissage…)

7- Quels sont tes projets futurs?

Revenir à l’itinérance en étant présent sur les skate-parks, contests, manifs sportives etc… Avec une Caravane-scène que nous utilisions pour nos spectacles que je vais retaper cet hiver pour en faire un Skateshop Mobile.

L’idée serait de ne distribuer que des planches de Shapers Indépendants et d’avoir un atelier « dépanne » ou les riders pourraient retaper la casse du jour avec du matos récupéré ici et là.

D’ailleurs si ça branche des gens, n’hésitez pas à me contacter, plus on de fous plus on rit…

8- Où peut-on te retrouver et acheter tes boards?

On peut retrouver mes planches et autres objets dérivés en Skateshop chez  » target= »_blank » rel= »noreferrer noopener »> Grenoble et Atmosphère à Gap.

Vous pouvez bien sûr passer à l’atelier si vous êtes dans le coin.

560 routes des oubérous 26620 Lus La Croix Haute

Sinon il y a les réseaux sociaux @boarder.line.skateboard pour Instagram et Boarder Line Skateboard sur Facebook.

Un site internet est en construction.

9- Tu as carte libre pour ta dernière question. (remerciements, dictons ….?)

Merci à Béber pour la vielle Kity, à Bernard pour son rouleau ponceur et  ses conseils en ébénisterie, à l’atelier LET et Laurenz pour le montage des couteaux, à phil pour le log, à polo pour le futur site à mes voisins pour certaines illustrations et surtout aux Riders qui me font confiance.

Un gros big up à la famille, aux potes, et aux gens de mon village qui me soutiennent.

 C’est incroyable de voir que lorsque l’on gratte un peu, que l’on fouille, que l’on s’intéresse aux autres, beaucoup de portes s’ouvrent.
Il faut juste être patient …