Shaper of the month: Alex Chireux


Bonjour, je m’appelle Alex et j’ai 41 ans. Je suis originaire de Compiègne dans l’Oise et je vis à Helsinki (Finlande) depuis presque 20 ans. Après une quinzaine d’années passées dans l’enseignement j’ai souhaité me réorienter vers la menuiserie. Je pratique les sports de glisse d’hiver depuis presque 40 ans, ski, snow, ski de fond et un peu de télémark…j’ai même connu le monoski !

1) Bonjour Alex, tu as fabriqué un snowboard, qu’est ce qui ta donné envie de le fabriquer toi-même ?

Tout est parti d’une discussion avec un ami sur les boards de la marque Hammer, un super fabricant de snows des années 90 malheureusement disparu depuis. On a voulu s’amuser à en reshaper une. De fil en aiguille, je me retrouve aujourd’hui à monter une entreprise de fabrication artisanale de skis, snows …skates et wakes (à venir). Lunik, basée à Helsinki. C’est un rêve qui prend forme.

2) Peux-tu nous expliquer les différentes étapes de la fabrication ?

Pour les skis comme pour les snows, le principe est le même : le sandwich.
Une semelle entourée de carres. Ensuite, j’utilise une première couche de fibres sur laquelle viendra se poser le noyau en bois. La deuxième couche de fibre puis le placage final. Tout est stratifié avec de la résine d’époxy.
La particularité se trouve dans les composants. Il serait prétentieux de parler de planches bio alors j’utiliserais le concept de planches « raisonnables ». La semelle est Ptex (Isosport 7500) et les carres en acier. J’utilise des fibres naturelles de lin, du bois local (noyau et placage) et une résine biosourcée. Pour les champs j’utilise du chêne, local lui aussi.

3) Tu utilises le système de presse Thin Air Press de Roarockit, pourquoi ce choix et comment as-tu connu Roarockit ?

En effet, j’utilise le système de Roarockit. Je l’ai découvert tout simplement en lançant une recherche sur le net, presse à vide d’air. Il est super simple d’utilisation et efficace. Pour le moment, il m’a permis de presser 3 snowboards et 2 paires de skis. De plus, quand j’ai commencé ce projet, le manque de moyen (atelier dans un garage, pas de financement) m’a obligé à chercher les solutions les moins onéreuses et les plus accessibles. J’utilise le grand modèle (40×80 inches). Il est suffisamment long pour y glisser un moule en mousse haute densité et mon sandwich. Pour gagner du temps j’utilise un aspirateur de chantier pour évacuer la plus grosse partie de l’air puis la pompe livrée avec le kit. Jusqu’à aujourd’hui, rien à reprocher à ce système. La pression est suffisante pour laminer mes snows et mes skis, le vide tient jusqu’au lendemain. Et surtout, la presse se plie facilement et ne prend donc pas de place, ce qui est primordial quand on travaille dans un espace réduit.

4) Tu as maintenant pu tester la board (Laponie ?), qu’en penses-tu ? Parfait du premier coup ? Des améliorations à apporter ?

J’ai même pu tester 3 boards et 2 paires de skis. Ce que j’en pense, des boards ou de la Laponie ? Pour les planches, excellentes surprises à chaque fois. Que ce soit par rapport au shape donc au type d’utilisation, par rapport à l’épaisseur de noyau et au flex, tout correspondait à mes attentes. Des prototypes réussis.
La Laponie, c’est comme sur les cartes postales. C’est froid, les journées sont courtes mais il y a de la super neige. Nous avons eu toutes les conditions possibles : Soleil, grosse tempête où même les téléskis devaient fermer, pistes bien dures et peuf entre les sapins.

Parfait ? Hum…pas loin. Je dois maintenant améliorer les finitions afin de rendre ces produits vendables. Un exemple simple, utiliser des placages un peu plus fins, qui seront plus simples à laminer. Un petit détail qui a beaucoup d’importance.

5) As-tu d’autres projets en cours ou à venir ?

Je dois honorer ma première commande pour le début du mois de mars. Une paire de skis orientés piste avec une finition « chêne » (comme ceux de la photo).
Les prochains prototypes seront axés sur la glisse printanière et estivale, à savoir skate et wakeboard.
À terme, si l’entreprise se développe suffisamment, développer des ateliers de fabrication de skate au sein des écoles… je reste un peu prof dans l’âme. Et pour cela, je compte sur les produits Roarockit (promis, ils ne m’ont pas payé pour dire ça ).

6) Des remerciements, dédicaces ?

Tout d’abord, merci à Sarah de Roarockit de me proposer cette interview. Merci pour vos produits qui me permettent et me permettront de continuer à développer mon activité.
Merci à mon épouse et à mes enfants qui me soutiennent dans ce projet.
Un « special thank » pour Laurent (Skate Crisis @youtube) sans qui ce projet n’aurait certainement pas vu le jour.

Et merci à toutes celles et ceux qui m’aideront à réaliser mon rêve (Lunik) d’une quelconque manière que ce soit.

Merci Alex ! Et bon ride !

Vous pouvez voir la vidéo du test des skis et snowboard handmade d’Alex accompagné de Laurent en Laponie en cliquant sur ce lien.